Competences & rh

Anapec: Les PPP, accélérateurs d’employabilité

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5006 Le 19/04/2017 | Partager
L’Agence dresse le premier bilan de cette expérience
59.000 bénéficiaires depuis 2007 et 800 TPE créées
fce_006.jpg

Sur les cinq ans à venir, l’Anapec souhaite accompagner  près de 20.000 personnes dans le cadre du programme de la formation contractuelle pour l’emploi (FCE)

L’Anapec semble avoir trouvé une bonne recette pour améliorer l’employabilité, à un moment où le nombre de diplômés sans travail ne cesse d’augmenter. L’agence a misé, pour cela, sur le développement du partenariat public-privé (PPP) pour la promotion de l’emploi, un levier qui a montré son efficacité.

Cette approche déployée pour promouvoir l’auto-emploi et assurer un accompagnement pour la recherche de travail enregistre de bons résultats. Durant la période 2007-2016, plus de 38.000 personnes ont bénéficié des prestations de formation réalisées dans le cadre de la formation contractuelle pour l’emploi (FCE), et plus de 21.000 autres ont profité de formation qualifiante ou de reconversion (FQR).

«Pour la concrétisation de ces projets de formations, nous mobilisons près de 60 millions de DH chaque année», révèle Anas Doukkali, DG de l’Anapec. En matière de FCE, l’Anapec appuie les entreprises qui peinent à satisfaire leurs besoins en termes de recrutements, surtout pour des spécialités précises. «Cet accompagnement se fait par une convention tripartite, nouée entre l’agence, l’entreprise et l’opérateur de formation choisi par cette dernière», est-il expliqué.

L’agence participe au financement à hauteur de 40 DH par heure et par personne au maximum. Les 80% de la prestation sont versés à la fin de la formation et le reliquat après l’insertion des candidats bénéficiaires. L’implication de ces trois acteurs constitue une force pour ce programme. Toutefois, il est à noter que certains points faibles existent aussi. Il s’agit principalement de la contribution financière insuffisante pour certaines formations, l’absence d’outils de sélection des candidats ou encore la réticence des entreprises à s’engager via une convention tripartite.

S’agissant de formation qualifiante ou de reconversion, elle vise à offrir aux diplômés ayant des difficultés d’insertion, des opportunités de reconversion vers des métiers porteurs sur le marché. «Cette prestation est délivrée à travers des établissements publics et privés de formation professionnelle et d’enseignement supérieur ainsi que des cabinets de conseil en formation sélectionnés par le comité régional d’amélioration de l’employabilité suite à un appel d’offres», explique Doukkali. En 2016, ce programme a permis à 2.793 bénéficiaires de trouver un emploi.

Pour le volet auto-emploi, l’agence assure l’accompagnement de 5.000 personnes par an avec la création effective d’environ 800 TPE entre 2007 et 2014, est-il rappelé. Une opération qui a nécessité un budget de près de 50 millions de DH par an.
Atteindre de tels résultats, découle d’une stratégie bien pensée.

«Lors de la préparation de notre plan de développement «Anapec  2020», nous avons pris conscience de la multiplicité des acteurs intervenant dans le domaine de la promotion de l’emploi», explique le DG. «Notre agence s’est engagée à mettre en place une stratégie de PPP pour identifier les différentes parties pouvant faire l’objet de partenariats privés, associatifs ou publics», fait observer Doukkali. Ainsi, depuis sa mise en place, plusieurs actions ont été menées par l’agence pour renforcer ce PPP.

Expériences régionales

Forte du succès de son expérience, l’Agence a dupliqué le modèle dans trois régions, à savoir: Tanger, Fès et Rabat. Ces expériences ont été marquées par des partenariats avec des associations issues de quartiers populaires ou du monde rural.
Dans la région de Youssoufia, à Rabat, l’Anapec travaille en collaboration avec une association locale et le soutien financier de la wilaya (INDH). «Nous avons réalisé un programme de formation au profit de plus de 100 jeunes déscolarisés», indique Mohammed Hassoun, directeur régional de l’Anapec Rabat. Le programme de formation porte sur le renforcement des capacités des candidats dans les métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. «Cela permet de faciliter l’insertion d’une partie des candidats sur le marché de l’emploi, tandis que d’autres parviennent à développer des activités génératrices de revenus dans notamment  le domaine de la restauration ou en tant que traiteur des fêtes», se félicite Hassoun.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc