Entreprises

Cosmétique, textile, arts de la table...: Le Maroc aux couleurs moscovites

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:5004 Le 17/04/2017 | Partager
La 3e édition du festival marocain de la ville russe du 14 au 23 avril
350 nouvelles références commerciales promues
Gros efforts sur le packaging
maroc_moscou_004.jpg

Pour sa 3e édition du Festival du Maroc à Moscou, le Royaume table sur un textile habillement caractérisé par un mix entre le traditionnel et le moderne et se positionne sur le haut de gamme (Ph. H.E.)

C’est dans le plus grand mall de Moscou que se tient, du 14 au 23 avril, la 3e édition du festival du Maroc. Metropolis, un centre commercial qui accueille chaque mois 2 millions de visiteurs, a été habillé aux couleurs marocaines. Un pavillon de plus de 200 m2 a été dressé dans un espace qui connaît une grosse fréquentation de clients, entre l’immense hypermarché «Perekrestrok» et des magasins d’articles de luxe aussi variés que la parfumerie, l’habillement, la chaussure…

Les affiches  annonçant l’événement et frappées au losange Maroc sont visibles partout. L’événement ne doit pas passer inaperçu. C’est la 3e édition du festival mais c’est le premier cru depuis que la promotion de l’agroalimentaire a basculé chez l’EACCE. Il s’agit maintenant de varier le catalogue.

Cette année, de nouveaux produits ont fait leur apparition: textile d’habillement et de maison, cosmétique, chaussure, articles de décoration… Un assortiment de produits variés, censés surprendre le consommateur russe, beaucoup plus habitué aux oranges et clémentines marocaines. Au total, 350 nouvelles références, représentant 33 entreprises, seront promues lors des dix jours que va durer le festival.

 «Le management de Metropolis a dépêché au Maroc trois de ses responsables d’achat pendant une semaine pour sélectionner les produits qui participeront à l’événement. Ils ont rencontré 50 entreprises et en ont choisi 35. Outre les critères de qualité, le choix tient compte des habitudes de consommation des clients russes», indique Zahra Maafiri, directrice générale de Maroc Export. Tous les segments de consommateurs peuvent trouver leur bonheur dans la gamme de produits sélectionnés.

maroc_moscou_1_004.jpg

Des séances de tests seront proposées aux consommatrices russes qui souhaitent découvrir les produits de cosmétiques marocains qui allient produits naturels du terroir et goût du luxe (Ph. H.E.)

Rappelons que le marché russe des cosmétiques et des produits d’hygiène est le 5e en Europe après la France, l’Allemagne, le Royaume-Uni et l’Italie. Selon les estimations de Maroc Export, 69% des femmes russes déclarent vouloir acheter des produits de beauté. En Russie, les articles de parfumerie, les soins de peau, les produits capillaires ainsi que le maquillage rencontrent beaucoup de succès et enregistrent une croissance annuelle moyenne d’environ 5%.

La Russie importe 80% de son textile. Sur ce marché, les producteurs asiatiques et européens se livrent une concurrence féroce. Le Maroc devrait se positionner, d’autant que le pouvoir d’achat des Russes ne cesse de s’améliorer. Le principe du festival consiste à faire connaître d’autres composantes de l’offre exportable marocaine aux Russes. Les clients du Metropolis découvrent les produits exposés dans le stand, bénéficient d’une séance de test… Les responsables des centrales d’achats d’autres centres commerciaux, distributeurs et donneurs d’ordre peuvent également passer commande sur place puisqu’une mission B2B a été organisée du 12 au 14 avril.

Cette année, un gros effort a été déployé côté packaging. A ce niveau, les produits marocains n’ont plus rien à envier aux grandes marques. Exit donc les flacons en plastique et les emballages ringards. Les opérateurs nationaux ont également fait preuve d’imagination en termes de concepts et de marques. Certains sont même allés jusqu'à traduire en langue russe les indications accompagnant leurs produits. Il s’agit d’entreprises déjà habituées à exporter en Russie ou en Biélorussie. «La traduction constitue une charge que peu d’entreprises peuvent supporter car cela suppose de gros volumes.

Or, pour le moment, nous sommes encore sur de petites quantités», explique Mohammed Lamrini, directeur général de SLM Pharma. Poste de dépense supplémentaire, la traduction des notes d’information et des emballages est incontournable du fait de la nature même des produits concernés et des caractéristiques de certains consommateurs qui ne parlent pas  forcément anglais et encore moins français. Comme cela est le cas du marché russe.
Selon le management de Maroc Export, les deux premières éditions du festival marocain de Moscou, qui portaient sur des produits frais, les fruits de mer, l’agroalimentaire, des plats à base de poisson ont déjà permis le référencement de 500 articles dans les circuits de commercialisation russe.

La plus grande ville d’Europe

La prochaine édition de cet événement, qui est devenu annuel, aura lieu dans un autre centre commercial et une autre région de Moscou. Car la capitale de la Fédération russe est une ville tentaculaire, qui compte pas moins d’une douzaine de millions d’habitants. Soit la plus grande ville d’Europe. C’est aussi une métropole autonome, qui a son propre gouvernement et son propre Parlement. La capitale fédérale de Russie se trouve dans la partie européenne du pays. Elle est le centre économique, politique et universitaire de la Fédération russe.

Partenariat stratégique

Les échanges commerciaux entre le Maroc et la Fédération de Russie varient autour de 2,5 milliards de dollars par an et connaissent un déficit au détriment du Royaume. «En 2016, à l’occasion de la visite royale, 16 conventions ont été signées entre les deux pays dans divers secteurs et viennent conforter l’accord de partenariat stratégique paraphé en 2002. Elles devraient permettre de rehausser le niveau des échanges économiques au même niveau que la qualité des relations politiques», affirme Abdelkader Lecheheb, ambassadeur du Royaume à Moscou. L’un des principaux accords signés porte sur l’approvisionnement du Maroc en gaz naturel dans le cadre du programme «Gas to power» et «Gas to industry». Les premières études ont déjà été réalisées. Le projet en est à sa deuxième phase. En outre, la Fédération russe pourrait être intéressée par le projet de pipeline entre le Maroc et le Nigeria. Le plus grand projet structurant jamais imaginé entre deux pays et impliquant toute une région en Afrique et même en Europe dans une seconde phase.

De notre envoyé spécial, Hassan EL ARIF

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc