Competences & rh

Ingénieurs informaticiens: Une denrée rare

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager
Ils sont 3.000 lauréats par an alors que la demande est de plus de 10.000
Les fonctions du marketing et de l’e-business vitales pour se démarquer
Moins chers, les débutants sont davantage recrutés
rekrure.jpg

Alexandra Montant, directrice générale adjointe de ReKrute.com, le portail dédié à l’emploi au Maroc (Ph. Rekrute.com)

- L’Economiste: Les métiers de l’assurance et de call centers sont ceux qui ont le plus recruté en 2016. Ces deux tendances sont-elles étroitement liées?
- Alexandra Montant:
Tout à fait. Aujourd’hui, le marché des Call Center s’est professionnalisé et le Maroc s’est spécialisé dans la vente des produits d’assurance, les appels sortants au niveau national et aussi au niveau international.  Les profils les plus recherchés par les compagnies d’assurances sont des commerciaux, aussi bien en B to B qu’en B to C. Ces profils-là sont recrutés pour vendre les produits.

- Les profils d’informaticiens sont très recherchés. Qu’est-ce qui explique un tel engouement?
- Chaque année, il y a 3.000 nouveaux ingénieurs informaticiens diplômés sur le marché national, pour un marché qui absorbe beaucoup plus (besoin de 10.000 informaticiens par an, voire plus). Au-delà de la concurrence nationale, il y a celle internationale, et une forte demande provenant d’autres pays, surtout la France.

- La demande émane aussi de l’international?
- Effectivement. Les informaticiens marocains sont sollicités, non seulement pour leurs compétences techniques, mais aussi parce que leurs salaires sont plus compétitifs que dans d’autres pays. Il est donc plus avantageux de recruter un ingénieur marocain qu’un ingénieur local.
 - Les plus prisés, selon votre étude, sont les profils entre 0 à 1 an d’expérience. Pour quelle raison?
- Tout d’abord, les débutants sont malléables. Quand ils rejoignent l’entreprise, ils se laissent former facilement car c’est leur première expérience. De plus, ils n’ont pas de mauvaises habitudes et méthodes, prises suite à un premier job. C’est donc une page vierge qui ne demande qu’à être remplie. Motivés, ils sont prêts à tout donner pour être à la hauteur du poste et des aspirations de l’employeur. Donc, même avec un coût certain de formation, un jeune diplômé coûte moins cher qu’un autre profil plus expérimenté.

- En une année, les métiers liés à la production, la maintenance et la sécurité sont passés de 0 à 9% d’offres d’emploi. Quels sont les secteurs qui recherchent ces profils?
- Le secteur industriel est celui qui recrute le plus ces profils, car il y a toujours un besoin en ingénieurs et techniciens qualifiés. Cette tendance s’explique par le fait que la qualité devient indispensable: il faut en effet respecter les normes et exigences et suivre le processus de rigueur pour produire des biens de qualité.
De plus, le secteur industriel se porte plutôt bien, surtout avec les grands projets de dynamisation de certaines régions du Maroc.
- Les fonctions de marketing/business sont aussi en train de monter. Y a-t-il un potentiel RH dans ce secteur?  
- Au vu des tendances ultra-concurrentielles du marché actuel, l’innovation est une nécessité. La demande ne cesse de croître, et pour y faire face et gagner une importante part de marché, il faut se différencier. Le marketing justement aide les entreprises à commercialiser efficacement et à optimiser leur visibilité. Toute firme est donc aujourd’hui forcée de se doter d’un département marketing pour survivre et se développer, d’où la montée soutenue des fonctions du marketing et de l’e-business.

- Quelles sont les tendances qui peuvent se maintenir et les métiers qui vont monter en cadence ou se créer en 2017?
- Il y a certains métiers qui figurent dans le top 3 des fonctions les plus recherchées depuis une dizaine d’années, et qui ne cesseront de se développer. Ce sont les métiers de la finance, de la vente et de l’informatique. Aussi, les métiers de l’offshoring gagnent du terrain et se développeront sans doute dans les années à venir. Il y a également de nouveaux métiers qui apparaissent d’année en année, et qui connaissent une forte croissance pendant 2 ou 3 années avant de stagner, les métiers du marketing en font partie. Aussi, tous les métiers qui permettent l’amélioration des processus de l’entreprise et sa différenciation dans un environnement ultra-concurrentiel vont se développer.

Propos recueillis par
Tilila EL GHOUARI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc