Régions

Oujda: Un nouvel aménagement hydro-agricole

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5001 Le 12/04/2017 | Partager
Création d’un périmètre irrigué à partir des eaux traitées
Mise en eau des parcelles en octobre prochain
oujda_amenagement_hydro-agricole_001.jpg

La canalisation qui est réalisée à 75 % assurera un débit de 40.000 m3/ jour pour les 245 parcelles programmées (Ph AK)

Les travaux de reconversion de terres inutiles en terres agricoles au niveau de la province d’Oujda avancent rapidement et sont réalisés à hauteur de 80%. Au total, 1.500 ha seront irrigués à partir de la station d’épuration. Des travaux qui s’inscrivent dans le cadre de la vision de développement intégré de la province d’Oujda à l’horizon 2020 et qui projettent de transformer la plaine d’Angad en zone irriguée. C’est ce qui ressort des éclaircissements fournis lors de la visite consacrée à l’avancement des travaux.

Une visite inopinée effectuée mardi dernier, par Mohammed Midi, Wali de la région et gouverneur de la préfecture d’Oujda en compagnie des responsables de la direction régionale de l’agriculture et de la Régie autonome de distribution d’eau et d’électricité. En aval, ce projet s’inscrit dans le cadre des actions menées pour proposer des solutions alternatives à une population habituée aux activités de contrebande.

En termes de retombées économiques, ce projet assurera de l’emploi, de manière continue, à plus de 1.000 ouvriers agricoles. Quant aux revenus moyens de l’agriculteur, ils passeront de 1.000 dirhams à  19.000 dirhams/an par hectare. À terme, cette zone générera  plus de 3 millions de dirhams pour le secteur oléicole avec une production qui graviterait autour de 3.700 tonnes/an. «Pour la seule culture oléicole, les agriculteurs réaliseront des recettes annuelles qui dépasseront les 100.000 DH chacun», précise-t-on. C’est l’objectif préconisé par les autorités locales qui mènent une course contre la montre pour assurer des revenus pérennes aux habitants de cette zone frontalière.

En parallèle avec la production oléicole pour laquelle 750 hectares sont consacrés; 750 autres hectares seront dédiés aux cultures fourragères. Les habitants de la plaine d’Angad étaient réputés pour leur maîtrise des circuits d’élevage et d’abattage. Malheureusement, la contrebande les a égarés de leur vocation première. «Il est temps qu’ils reprennent le travail de la terre, comme jadis, et développent des techniques agricoles innovantes pour assurer de bons revenus» précise Aziz Bellot, directeur régional du département de l’agriculture.

L’achèvement des travaux qui ont nécessité 204 millions de dirhams, est prévu pour octobre prochain. Les chantiers d’aménagement hydro-agricole en cours ciblent l’aménagement externe avec la réalisation de 12 kilomètres de canalisation, une station de pompage, bassins de rétention, un réservoir d’eau d’une capacité de 10.000 m3 et 75 distributeurs. Suivront les travaux pour l’aménagement interne des parcelles distribuées aux bénéficiaires. La mise en eau des parcelles de terre est prévue pour la prochaine campagne agricole.
De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc