Economie

Coûts portuaires: La CGEM accuse!

Par Hassan EL ARIF | Edition N°:4999 Le 10/04/2017 | Partager
La hausse serait de 22% depuis janvier 2017
La Confédération patronale veut remettre à plat la structure des prix
cgem_cout_portuaire_099.jpg

Les membres de la CGEM parlent d’un retour vers la situation d’avant la réforme portuaire (Ph. L’Economiste)

Le patronat s’insurge contre la hausse des coûts de manutention portuaire des containers, ainsi que des prix appliqués par les agents maritimes aux chargeurs. Le conseil d’administration de la CGEM, réuni vendredi 31 mars, a mandaté Mohammed Talal, fraîchement nommé à la présidence de la Commission logistique, pour prendre en charge ce dossier. L’état d’avancement étant déjà inscrit à l’ordre du jour du prochain conseil. C’est dire que l’inflation des coûts logistiques au niveau des ports est prise très au sérieux par le monde des affaires, étant donné qu’elle frappe de plein fouet la compétitivité des entreprises marocaines à l’export ainsi que le pouvoir d’achat des consommateurs.

Le mandataire de la CGEM envisage de rencontrer le management de l’Agence nationale des ports (ANP), les manutentionnaires, les agents maritimes pour identifier les sources de surcoût et les actions à mener  d’urgence pour au minimum s’aligner sur les ports du pourtour méditerranéen. «Suite aux revendications de la CGEM et de la Fédération du transport, l’Agence nationale des ports a en effet accepté de supprimer les franchises de magasinage de 7 jours et ce, depuis octobre 2016. Ce qui a sensiblement réduit les coûts.

Cependant, le satisfecit n’a été que de courte durée puisqu’en janvier 2017 les opérateurs portuaires ont augmenté unilatéralement leurs tarifs de plus de 22%. Une hausse qui a été immédiatement répercutée par certains agents maritimes, en intégrant d’autres augmentations supplémentaires. Ce qui s’est traduit par un renchérissement des coûts des prestations portuaires», explique Mohammed Talal, président de la Commission logistique. L’objectif pour le patronat est de mettre à plat les tarifications appliquées par les opérateurs portuaires mais également par les agents maritimes. Avec en ligne de mire la «sauvegarde de la compétitivité des entreprises» via une concurrence loyale et transparente entre tous les intervenants, les ports, les opérateurs, et les agents maritimes.

Pour y arriver, la CGEM propose d’effectuer un benchmark avec les tarifs appliqués par les ports du pourtour méditerranéen (Barcelone, Gènes, Algésiras…) et par la suite améliorer les prix pour une meilleure compétitivité. La deuxième idée avancée consiste à passer au crible la structure des prix des manutentionnaires et des agents maritimes.

Pour les opérateurs du commerce extérieur, les résultats en forte hausse des manutentionnaires pour 2017 ne font que confirmer «les surcoûts au détriment des entreprises». C’est une pierre jetée dans le jardin de Marsa Maroc et Somaport. Par ailleurs, la grille tarifaire appliquée par les opérateurs portuaires indique que les frais de manutention d’un container de 20 pieds, par exemple, sont de 1.212,88 dirhams. Pour une boîte de 40 pieds, il faut compter 1.919,95 dirhams. Mais certains agents maritimes facturent respectivement 2.800 et 3.800 dirhams. Un différentiel qui suscite la colère des membres de la CGEM.

La promesse non tenue de la réforme?

LES membres du patronat s’interrogent également sur le niveau de réussite de la réforme portuaire qui a introduit l’unicité de la manutention à bord des navires et sur les quais sans que cela ne se traduise en fin de compte par la réduction de 20% des coûts par rapport à la situation  antérieure. En effet, les prix continuent d’augmenter. La dernière hausse de 22% des frais de services portuaires n’a pas été du goût des opérateurs. «La loi autorise effectivement les sociétés de manutention portuaire à augmenter leurs tarifs à raison de 2% par an mais pas avec un effet rétroactif. Il se trouve que dans ce cas, l’ANP, en tant que régulateur, n’a pas fait son travail de régulation», tonne Abdelilah Hifdi, président de la Fédération du transport/CGEM. La polémique autour des tarifs concerne tous les ports où il y a un trafic de containers, sauf TangerMed. L’inexorable hausse des frais de services portuaires constitue l’un des dossiers chauds pour le nouveau ministre, Abdelkader Amara.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc