Competences & rh

Développement en Afrique: Faire matcher porteurs de projets et investisseurs

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4995 Le 04/04/2017 | Partager
La feuille de route 2017-2019 de l’AMDA
Soutenue par des bailleurs de fonds internationaux
hassan_mohamed_lahlou_est_president_de_amda.jpg

Hassan Mohamed Lahlou est président de l’Association marocaine pour le développement en Afrique (AMDA) et dirige le cabinet facilitateur d’affaires en Afrique, l’African Business Development. L’Association a dressé une feuille de route en faveur d’initiatives et de pratiques innovantes auprès de porteurs de projets par l’accompagnement, la mutualisation et le partage des expériences et des savoir-faire (Ph. HL)

Le plus dur est de choisir les domaines d’actions prioritaires. Travailler au développement des pays africains, c’est en effet faire face à un large éventail de besoins. Alors l’Association marocaine pour le développement en Afrique (AMDA) a dressée une feuille de route en faveur d’initiatives et de pratiques innovantes auprès de porteurs de projets par l’accompagnement, la mutualisation et le partage des expériences et des savoir-faire. L’objectif étant de mettre en relation différents acteurs aux objectifs communs sur des secteurs clés comme l’éducation, la santé, les infrastructures, la sécurité, le multiculturel ou encore l’environnement.

Les priorités stratégiques de l’AMDA, sur la période 2017-2019, concernent notamment la promotion et le développement d’incubateurs d’entrepreneuriat dans la région, le développement d’activités génératrices de revenus et la promotion d’une identité culturelle africaine. Plus concrètement, la plantation d’espèces d’intérêt agronomique et commercial, la mise en place d’arbres solaires photovoltaïques servant de source d’énergie renouvelable dans les villes et les campagnes, la construction d’écoles primaires ou l’installation de stations d’assainissement de l’eau sont quelques pistes avancées.

Pour mener à bien tous ces projets, le président de l’AMDA, Hassan Mohamed Lahlou, met à profit son solide carnet d’adresses de bailleurs de fonds internationaux. Il faut dire qu’il est aussi à la tête d’un cabinet facilitateur d’affaires en Afrique, l’African Business Development, basé à Casablanca.
Que ce soit pour des partenariats ou des investissements directs, Lahlou sait déployer ses contacts et son expérience en études de marché, en marketing, et en diplomatie économique. «Nous suivons la vision tracée par Sa Majesté qui met en priorité le développement de l’Afrique.

Dans ce sens, nous conseillons toujours aux investisseurs de séjourner quelques jours dans le pays africain où ils souhaitent initier des projets afin de bien connaître les bases de sa culture. C’est un gage essentiel pour mener à bien ses stratégies», confie Lahlou. Son rôle: mettre en lumière les besoins et les opportunités sur le continent aux petites, moyennes et grandes entreprises, qu’elles soient marocaines ou étrangères.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc