Habillage_leco
De bonnes sources

De Bonnes Sources

Par L'Economiste | Edition N°:4995 Le 04/04/2017 | Partager

• Samir: Vers un dessaisissement au profit des obligataires?
A l’heure où nous mettions sous presse, le tribunal de commerce de Casablanca poursuit l’examen des déclarations de créances émises dans le cadre de la liquidation du raffineur  Samir. Comme annoncé sur nos colonnes lundi 3 avril 2017, le dossier d’un emprunt obligataire de 800 millions de DH est particulièrement suivi par le marché financier. La cour a relevé ainsi l’existence de deux déclarations de créances. L’une faite par le mandataire au nom de toute la masse des obligataires, à savoir l’expert-comptable Mohamed Hdid. L’autre déclaration a été déposée par les créanciers à titre individuel. La justice a constaté l’existence d’une double déclaration de créance. Afin de dépasser ce «problème de représentativité», il a été question lors du débat entre le syndic judiciaire et l’un des créanciers «d’un dessaisissement» au profit du représentant de la masse des obligataires. Le juge-commissaire, Abderrafi Bouhamria, a reporté l’examen de ce dossier à fin avril 2017. F.F.

• Samir: Pas de garantie pour les 800 millions de DH
L’emprunt obligataire émis par le raffineur Samir n’a été assorti d’aucune sûreté réelle. Mis en liquidation judiciaire, ses créanciers lui réclament 859,3 millions de DH. Assureurs, Fonds communs de placement, CDG, Barid Bank, RCAR ne disposent d’aucune garantie de la compagnie. Samir aurait pu autoriser via l’assemblée générale ordinaire des actionnaires la constitution de sûretés pour le remboursement d’un emprunt obligataire. La loi sur les sociétés anonymes le permet. Sauf qu’une telle pratique n’est pas usitée dans le marché de la dette privée. C’est l’une des raisons qui explique pourquoi les émetteurs préfèrent passer par la bourse plutôt que les banques. Ces dernières exigent des garanties à l’emprunteur qui préfère passer par le marché financier pour sa flexibilité. F.F.

• Rwanda: Maroc Export et le RDB s’associent
Un accord de coopération a été signé hier entre Maroc-Export et le Rwanda Development board (RDB), en marge de la première étape dans ce pays du African Business Connect, organisé par la BMCE Bank of Africa. Ce partenariat porte sur la promotion mutuelle des  échanges commerciaux et investissements dans les deux pays. S.F.

• Nouvel acteur dans le logement social
Plus de 5.000 logements sociaux et 200 commerces sur une superficie de 22,6 hectares. «Amlak Bernoussi» est le nouveau quartier conçu par les architectes Rachid Andaloussi et Abdelouahed Mountassir en collaboration avec un paysagiste. Ce nouveau pôle comptera, d’après ses concepteurs, des écoles, une mosquée, des terrains de sports, un poste de police, un pôle santé, marché … C’est le groupe Yamed Capital qui est derrière ce projet d’envergure. A.E.

• La start-up qui a équipé Marrakech en vélib se place à Paris
Le syndicat mixte Autolib’ Vélib’ Métropole a confirmé ce week-end avoir «classé en tête l’offre du groupement Smoovengo» pour le renouvellement du marché du vélo en partage Vélib. En attendant le vote définitif du syndicat mixte prévu le 12 avril, c’est donc Smoove, la start-up qui a équipé Marrakech en Vélib, qui est susceptible de remporter le marché face au géant JCDecaux. Et cela pour les 15 prochaines années. Avec ses 3 milliards d’euros de CA annuel, JCDecaux est une référence mondiale pour l’affichage publicitaire urbain. Mais aussi depuis des années pour les abribus et les vélos libre-service. R.B.

• Le Maroc en tête du classement de l’Indice des capacités en Afrique
Le Maroc occupe le premier rang (avec un score de 71,6) de l’indice des capacités sur le continent africain, établi par la Fondation pour le renforcement des capacités en Afrique. Les pays les mieux classés de cet indice sont ceux qui ont investi dans les sciences, les technologies et l’innovation au cours de ces dernières années. Hausse des inscriptions dans l’enseignement supérieur, dépenses en matière de R&D… sont autant de critères favorables. Bien que le Maroc ait augmenté le nombre de ses chercheurs, il continue toutefois de se focaliser sur les ressources sociales et humaines. F.Z.T.

• Guerre du cigare chez les «Habanos»
Le cubain Corporation Habanos assigne en justice la société marocaine Habanos. Il l’attaque au tribunal de commerce de Casablanca pour concurrence déloyale et contrefaçon. Le droit de la propriété industrielle est au cœur de l’affaire. Corporation Habanos a également porté plainte contre l’office marocain de la propriété industrielle et commerciale (Ompic) et le chef de service du registre du commerce rattaché au tribunal de commerce. Les ministères de la Santé, de l’Intérieur et de l’Industrie, la société Partnet, la Douane, le fisc et l’Agence judiciaire du Royaume sont également assignés dans ce procès. Habanos a pour projet de construire une usine de production de cigarettes, cigarillos et cigares à Casablanca pour un milliard de DH (cf. L’Economiste du 21 septembre 2015 n°4612). F.F.

• Passeport: Rebonjour paperasse
Les délais d’obtention du passeport sont certes réduits mais des bizarreries subsistent pour les documents demandés par certains arrondissements à Casablanca. Plusieurs candidats au renouvellement en ont fait l’expérience. Par exemple, certains bureaux exigent deux photos, d’autres trois. Les procédures sont également capricieuses pour le nombre de formulaires: sur le site www.passeport.ma (relevant du ministère de l’Intérieur) un seul est exigé tandis que des arrondissements en demandent 2. Pour couronner le tout, il faut fournir des chemises cartonnées dont les couleurs changent là aussi en fonction des arrondissements. K.M.
• Enseignement privé: huit établissements reconnus
Après l’Université internationale de Rabat (UIR), premier établissement privé à décrocher la reconnaissance de l’Etat fin 2015, c’est au tour de 8 autres de l’obtenir. Dont l’Université internationale de Casablanca (UIC), l’ESCA Business School, l’Université privée de Marrakech (UPM), l’Université Mohammed VI des sciences de la santé, et Universiapolis (Agadir). Leurs diplômes seront donc équivalents à ceux du public, après publication de la décision au B.O. A.Na

• Istiqlal: Le bras de fer continue
La confrontation se poursuit entre Hamid Chabat et ses détracteurs au sein du Comité exécutif de l’Istiqlal. Après un premier report vendredi dernier, le secrétaire général du PI a annoncé l’impossibilité de tenir la réunion du Comité exécutif, prévue aujourd’hui, comme cela a été convenu avec les frondeurs. M.A.M.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc