Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:4995 Le 04/04/2017 | Partager

■ Un parquet européen anti-fraude
Plusieurs pays suggèrent de lancer un parquet européen chargé de combattre toutes les infractions portant atteinte aux intérêts financiers de l'UE. Il aura pour mission notamment de traquer les fraudes à la TVA à caractère transfrontalier. Selon la Commission européenne, au moins 50 milliards d'euros par an de revenus de la TVA échappent aux budgets nationaux en Europe en raison de ces fraudes. Les négociations au sein du Conseil de l’UE vont désormais reprendre pour finaliser le texte législatif créant ce parquet, qui nécessitera l'approbation du Parlement européen.

■ Espagne: Hausse des prévisions de croissance
A 2,8%, la croissance du PIB espagnol devrait être plus forte que prévu cette année, a annoncé la Banque d'Espagne. Elle prévoit aussi un taux d'inflation moyen de 2,2%, reflétant la forte hausse des prix de l'énergie, puis une décélération les années suivantes. Les prévisions pour 2018 (+2,3%) et 2019 (+2,1%) sont également revues à la hausse.  Il faudrait s’attendre toutefois à un déficit public plus important (3,3%) que celui prévu par le gouvernement. Madrid en a promis 3,1% à Bruxelles.

■ Electricité: Plus d’efforts pour un accès universel
«Les efforts menés dans le monde pour un accès universel à l'électricité d'ici 2030 et pour produire davantage d'énergie renouvelable ne sont pas ce qu'ils devraient être», s’indigne la Banque mondiale. A ce rythme, l'électrification de la population mondiale «ne sera que de 92% en 2030, loin de l'accès universel».  En 2014, 1,06 milliard de personnes dans le monde n'avaient pas encore l'électricité, selon une récente étude publiée par la Banque mondiale et l'Agence Internationale de l'Energie. Pour y remédier, «il faut accroître les investissements et adopter les nouvelles technologies à une plus grande échelle».

■ Forum mondial de l’OCDE sur le développement
Le Forum mondial sur le développement de l'OCDE se tiendra le 5 avril à Paris. Les participants feront cette année le point sur les initiatives qui visent à promouvoir des partenariats plus efficaces entre pouvoirs publics et acteurs privés pour atteindre les Objectifs de développement durable (ODD). Le Forum se penchera également sur les initiatives innovantes pour mobiliser plus de ressources. Le rôle de l'OCDE en faveur de l’Agenda 2030 pour le développement durable, notamment par le biais de son plan d’action pour les ODD sera aussi évoqué.

■ L’OCDE met en garde contre la baisse des réformes
Les gouvernements doivent mettre en œuvre des mesures permettant de tirer profit des synergies entre les réformes des marchés du travail, ceux des produits et de capitaux. Le but est d’échapper au piège de la croissance molle, indique l’OCDE dans sa publication annuelle «Objectif croissance». Un ralentissement a été observé dans des pays qui s’étaient montrés des réformateurs particulièrement actifs au cours des deux années précédentes, comme le Mexique, la Grèce, l’Irlande, le Portugal, l’Espagne ou encore la Pologne. Mais aussi dans plusieurs autres où, sur la même période, le rythme des réformes n’avait pas été aussi soutenu (Australie, Indonésie et Slovénie par exemple). En revanche, l’intensité des réformes s’est accrue de manière sensible dans certains pays tels que la Belgique, le Chili, la Colombie, Israël, l’Italie et la Suède. C’est le cas aussi pour l’Autriche, le Brésil et la France.

■ Guyane française: Le conflit social se durcit
Une montagne de conteneurs d'un côté, des rayons vides de l'autre… Le blocage du port de Cayenne pourrait plonger dans la pénurie la Guyane, territoire français en Amérique du Sud secoué depuis quinze jours par un mouvement social.  Dimanche dernier, le collectif regroupant les différents groupes protestataires guyanais a rejeté un plan d'urgence d'un milliard d'euros du gouvernement. Il exige 2,5 milliards d'euros de l'État dans tous les secteurs (sécurité, éducation, santé...) pour compenser l'absence depuis des décennies d'investissements publics dans ce département d'outre-mer. Une réunion ministérielle sur la situation en Guyane était prévue hier après-midi.

■ Le Royaume-Uni «déterminé» à soutenir Gibraltar
Le ministre du Brexit David Davis a assuré que le Royaume-Uni était «déterminé à soutenir Gibraltar». C’était lors d’une rencontre avec Alfonso Dastis, le ministre espagnol des Affaires étrangères à Madrid. Le débat a ressurgi vendredi dernier, après la présentation du projet d'orientations de négociation de sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne par le président du Conseil européen Donald Tusk. Ce document stipule que «l'Espagne devra donner son feu vert pour qu'un accord sur le Brexit puisse s'appliquer à ce territoire britannique». La Première ministre britannique Theresa May a affirmé de son côté que Londres ne céderait «jamais la souveraineté sur Gibraltar sans l'accord de la population de ce territoire situé au sud de l'Espagne».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc