Economie

Conjoncture: L'activité stable pour les chefs d'entreprise

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4989 Le 27/03/2017 | Partager
Seuls 4 patrons sur dix anticipent une hausse de la production dans l'industrie
Peu d’entreprises comptent recruter au premier trimestre
conjoncture_089.jpg

Seules 26% des entreprises du secteur de la construction anticipent une hausse de l'activité au 1er trimestre 2017. Et 72% des chefs d’entreprise tablent sur la stabilité des effectifs employés

C'est l'attentisme auprès des chefs d'entreprise. Dans la majorité des secteurs, les patrons prévoient une stabilité de l'activité et rares sont ceux qui anticipent une hausse au cours de ce premier trimestre.  Le sondage du Haut commissariat au plan révèle aussi que la proportion des entreprises qui comptent recruter reste globalement faible. Les patrons parlent surtout de «stabilité des effectifs».
Dans l'industrie, seuls quatre patrons sur dix anticipent une hausse de la production industrielle manufacturière. Celle-ci sera tirée par la «fabrication d'autres produits minéraux non métalliques» et de la «métallurgie». Les recrutements sont envisagés par 33% des entreprises opérant dans l'industrie manufacturière.  

L'industrie extractive ne fait pas mieux puisque la majorité des patrons tablent sur une stabilité des effectifs. Pourtant, une hausse de la production est attendue. Elle interviendrait après  la baisse relevée au quatrième trimestre par 83% des patrons, en particulier au niveau de la branche «autres industries extractives», dominée par les phosphates.
Dans l’industrie énergétique, une stagnation de la «production et distribution d’électricité, de gaz, de vapeur et d’air conditionné» est prévue. Ce qui se traduirait par une stabilité de la production comme cela est avancé par  71% des patrons.
L'activité au niveau du secteur de la construction ne risque pas non plus de connaître de grands changements. Là aussi, les chefs d'entreprise parlent de «stabilité» sous l'effet conjugué de la hausse  au niveau des «travaux de construction spécialisés» et de la baisse de l'activité «génie civil». Les recrutements ne risquent pas non plus de bouger. En tout cas, plus de sept entreprises sur dix ne comptent pas recruter.

Dans les services marchands non financiers, une stabilité globale de l'activité est également prévue. C'est du moins le cas pour 67% des patrons alors que seuls 20% d'entre eux anticipent une hausse.  Cette évolution est attribuée, d'une part, à l'amélioration de l’activité de l’entreposage et des services auxiliaires des transports, et d'autre part,  à la diminution des transports aériens.

Du côté du «commerce de gros», la situation reste quasi identique à celle des autres secteurs. Une stabilité de l'activité est attendue. En tout cas, 32% des grossistes anticipent  une hausse du volume global des ventes, alors que 12% prévoient une baisse. La petite amélioration est prévue principalement au niveau des «autres commerces de gros spécialisés», du «commerce de gros de produits alimentaires et de boissons» et du «commerce de gros de biens domestiques». Là aussi, les recrutements sont très peu envisagés.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc