Entreprises

Solaire Masen cherche un assureur pour Noor Ouarzazate

Par Safall FALL | Edition N°:4985 Le 21/03/2017 | Partager
L'entreprise met en jeu des contrats multirisques-RC pour les infrastructures communes
A terme, près de 20 milliards de DH d’actifs à couvrir sur le complexe Ouarzazate
masen_assurance_085.jpg

Les contrats d’exploitation des centrales Noor s’étendent sur une durée de 25 ans. Une longue période pendant laquelle l’outil de production doit être maintenu à son niveau optimal (Ph. Bziouat)

Masen Services, filiale de l’agence solaire, négocie la couverture de ses investissements. Elle vient de lancer un appel à concurrence pour un contrat de «services de courtage d’assurances, de gestion des risques et des sinistres, ainsi que de placement des assurances relatives aux infrastructures communes du complexe solaire d’Ouarzazate». Dans le détail, l’agence cherche une couverture multirisque et RC (Responsabilité civile) pour les infrastructures communes, ainsi qu’une assurance risque pour la centrale pilote développée par l’industriel japonais Sumitomo, installée au sein même du complexe.

Le site abrite aujourd’hui une première centrale à technologie CSP (solaire thermique) opérationnelle - Noor1 - d’une puissance installée de 160MW. Deux autres centrales, Noor II (200MW) et III (150MW), sont en cours de construction. Le contrat de couverture intègre évidemment l’ensemble de ces actifs.  Ce marché intervient dans un contexte de préparation au lancement imminent des travaux de la phase photovoltaïque du complexe de Ouarzazate. Cette étape intègre le développement de trois centrales à technologies photovoltaïques à Laâyoune (84MW), Boujdour (19MW) et Ouarzazate (Noor IV). Ce dernier projet développera, à terme, quelque 70MW de puissance installée.

Il devrait compléter, à sa mise en service dès janvier 2018, les 570 MW prévus sur le complexe multi-technologie d’Ouarzazate. L’ensemble du complexe pèsera 20 milliards de DH d’investissement…De quoi assurer ses arrières.  L’essentiel de ce financement est opéré en dettes négociées auprès de plusieurs institutions financières internationales. La dernière opération de cet ordre porte sur l’émission d’obligations vertes (green bonds) d’un montant de 1 milliard de DH.

Les centrales sont construites par plusieurs groupements menés par Acwa Power, le géant saoudien des énergies vertes et de la désalinisation d’eau. Elles seront développées dans le cadre d’un partenariat public-privé impliquant Masen. L’agence, à travers son autre filiale de gestion d’actifs, Masen Capital, participe à hauteur de 25% dans le capital des sociétés de projet créées pour chacune de ces projets. Celles-ci ont bien sûr pour mission l’exploitation et la maintenance des sites, sur un schéma de production indépendante d’électricité (Independent Power Production–IPP). L’Office national de l’électricité et de l’eau potable est le client unique de cette production. Rappelons que la nouvelle stratégie énergétique du Maroc à l’horizon 2030 vise le développement de 10 GW supplémentaires, dont 4.560 MW de source solaire.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc