Economie

Déficit commercial: Déjà 26,7 milliards de dirhams

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:4984 Le | Partager
La facture énergétique augmente, les ventes de phosphate aussi
Recul des IDE, des recettes voyage et des transferts MRE
deficit_commercial_084.jpg

Les biens d’équipement et les demi-produits représentent respectivement 28,9% et 22,4% des importations contre 16% pour les produits énergétiques

L’Effet hausse du cours du pétrole, autour de 50 dollars le baril depuis l’accord de l’Opep à l’automne 2016, s’est fait sentir sur les importations. La facture énergétique a augmenté de plus de moitié au cours des deux premiers mois de l’année atteignant ainsi 10,3 milliards de dirhams. Ce qui a tiré les importations de 8,9% s’établissant ainsi à 64,8 milliards de dirhams contre 59,3 milliards une année auparavant. Hors facture énergétique, les importations n’augmentent que de 3,2%!

La hausse des importations (8,9%) plus importante que celle des exportations (1,5%) se traduit par une aggravation du déficit commercial de 4,7 milliards de dirhams. Le déficit s’est ainsi creusé de 26,7  milliards de dirhams alors que le taux de couverture a reculé à 58,8% contre 63,1% un an plus tôt.
Cette hausse de l’import s’explique aussi par le maintien du rythme des achats de deux catégories de produits, les biens d’équipement et les demi-produits. Les premiers ont pris 11,8% alors que les deuxièmes ont quasi stagné. Ces acquisitions sont en particulier en relation avec certains grands chantiers dont la  ligne grande  vitesse, le développement de certaines centrales thermiques ainsi que l’industrie automobile.  Les biens d’équipement sont particulièrement marqués par la facture générée par la rubrique «voitures industrielles». Celle-ci atteint 1,9 milliard de dirhams.  

strucrure_exporatation_084.jpg

Même si les ventes de l’automobile ont baissé, cette branche représente 23% des exportations

Les importations de produits alimentaires ont connu une baisse de 12,8% alors que les exportations de l’agriculture et de l’agroalimentaire ont baissé de  1,2%. La balance «alimentaire» est jusque-là excédentaire de près de 3,5 milliards.  
Une reprise des ventes des phosphates et dérivés est relevée: elles ont atteint 5,5 milliards de dirhams contre 5 milliards l’année dernière. Le chiffre d’affaires à l’export respectif de l’électronique et de l’aéronautique augmente de 6,2% et  5,3%. En revanche, l’année a démarré au ralenti pour le textile cuir  et l’automobile.

Un rattrapage pourrait certainement s’effectuer au cours des prochains mois  dans ces deux secteurs. Ainsi les exportations du secteur textile sont à 5,8 milliards de dirhams en baisse de 3,6% alors que les ventes automobiles ont reculé de 6,4% s’établissant à 8,7 milliards de dirhams. Ces deux premiers mois de l’année se sont également caractérisés par une baisse de 3,1% des recettes de MRE et de 4,4% des recettes touristiques. Le flux des investissements directs étrangers a reculé de 25,7%. Une évolution qui s’explique par le recul des recettes  (-28,4%) conjugué à la diminution des dépenses (-35,9%).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc