Habillage_leco
DOSSIER 8 MARS

Si l’on pouvait leur dire merci

Par Habiba ESSAWTI | Edition N°:4976 Le 08/03/2017 | Partager
habiba_essawti_076.jpg

Directrice de l’école primaire Sabaa (El Fida, Casablanca) (Ph. Jarfi)

Oui, le système éducatif n’est plus ce qu’il était. Les enseignants qui prennent à cœur leur métier, qui ont conscience qu’ils façonnent des personnalités, qui défient l’impossible pour le bien de leurs élèves… ne sont plus tellement nombreux. Mais pour cette journée spéciale, j’aimerais dédier mon message à cette enseignante et à cet enseignant qui vivent dans chacun de nous. Dans notre enfance, nous avons tous eu un maître ou une maîtresse qui nous ont marqués à jamais.

Ceux qui nous ont tendu un bonbon, ont demandé à toute la classe de nous souhaiter joyeux anniversaire, nous ont acheté des vêtements pour l’aïd, ont parfois joué le rôle de nos parents, nous ont dit non quand il le fallait… pas ceux qui nous ont simplement appris les lettres et les chiffres. Mon message s’adresse à ceux qui nous ont éduqués. Et entendez-le bien, apprentissage et éducation ne peuvent être dissociés. Si seulement l’on pouvait leur dire merci. Cherchez-les au fond de vous, vous les trouverez.   

Grâce à ces éducateurs, l’école nous apprend une partie de la vie. Petite, mon ancienne école, Halima Essaâdia dans la médina de Casablanca, actuellement fermée et abandonnée, était ma seule fenêtre sur le monde. Il n’y avait ni internet ni chaînes satellitaires. J’y allais toujours avec joie et fierté. En passant devant, je me vois courir avec mes nattes, ou lever le doigt pour répondre à une question,… Aujourd’hui, il existe plusieurs ouvertures sur plusieurs mondes. L’école du 21e siècle doit, certes, évoluer. Son challenge est plus grand. Mais le contact humain doit persister.

«Que pourrais-je leur apprendre s’ils ne m’aiment pas», écrivais-je souvent quand j’étais enseignante. On ne peut pas réussir sa mission sans donner de soi-même et sans aimer son métier. Les résultats suivront d’eux mêmes. C’est le pari que nous avons relevé dans notre établissement primaire, Sabaa, à Al Fida, dont la quasi-totalité des élèves sont issus de milieux démunis. Sabaa enregistre un taux de réussite proche de 100% et des taux d’échec et d’abandon nuls. Un exploit pour une école publique située dans un quartier défavorisé. Son secret? Le dévouement de ses éducateurs. A eux tous, et à tous ceux qui ont marqué nos parcours, je voudrais dire: Merci!

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc