Economie

Forum Afrique Développement: Créer de la richesse mais aussi des emplois!

Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:4971 Le 01/03/2017 | Partager
La croissance inclusive, thème central de cette édition
Une vitrine impressionnante de workshops et de nouveaux sponsors
boubker_jai_072.jpg

Boubker Jaï, directeur général du groupe AWB, organisateur du forum: «La dynamique de la coopération intra africaine s’est non seulement accélérée, mais atteint un nouveau palier dans la méthode» (Ph. Jarfi)

La cinquième édition du forum Afrique Développement organisé par le groupe Attijariwafa bank les 16 et 17 mars prochains bénéficie d’une extraordinaire fenêtre. Le retour triomphal du Maroc à l’Union africaine et la toute récente demande d’adhésion à la Cedeao devraient donner encore plus d’éclat à ce rendez-vous. La perspective d’intégrer cet espace de près de 300 millions d’habitants où les entreprises marocaines et l’hôte du forum, le groupe AWB, sont déjà très actifs, ouvre de nouvelles opportunités.

Au total, 1.500 opérateurs économiques provenant de 25 pays sont attendus au Forum. Cela représente presque la moitié du continent. Ce spectre très large, est un indicateur de l’accélération de la pénétration des entreprises marocaines sur le continent. Seront mis à l’honneur, la Tunisie, le Burkina Faso (où le groupe Eco-Médias édite L’Economiste du Faso), la République du Congo (Brazzaville), la Côte d’Ivoire (premier destinataire des IDE marocains), Madagascar, le Rwanda, l’Egypte et le Sénégal. Chacun de ces pays mettra à profit la vitrine du forum pour «marketer» son portefeuille de projets structurants.

En marge de l’évènement, le groupe AWB décernera les «trophées du jeune entrepreneur». Ceux-ci primeront les meilleurs projets dans les catégories «Innovation», «Entrepreneuriat social» et «Développement durable». L’autre nouveauté de ce cinquième forum Afrique Développement est l’arrivée de sponsors africains aux côtés de leurs homologues marocains (Nareva, Managem, Royal Air Maroc, Maroc Telecom). Parmi eux, le groupe gabonais Olam.

Les débats seront concentrés sur les nouveaux modèles de croissance inclusive sur le continent. Problème bien connu aussi au Maroc où la croissance reste très faible en emplois. Créer de l’emploi aux dizaines de millions de jeunes africains qui arrivent chaque année sur le marché et faire reculer sensiblement la pauvreté sont les deux défis qui se posent aux politiques économiques. Les belles statistiques de croissance en Afrique subsaharienne si bien décrites dans les rapports internationaux, ne se ressentent pas encore assez sur le niveau de vie des populations. En revanche, l’émergence des classes moyennes (ou du milieu, c’est selon) dans les zones urbaines est visible. Ce sont ces ménages qui entretiennent la demande des biens de consommation courante et des services (télécoms, santé, éducation, etc).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc