Entreprises

SGS Maroc: L’intégration et des ambitions africaines

Par Abashi SHAMAMBA | Edition N°:4961 Le 15/02/2017 | Partager
Acquisition de deux PME d’analyses agricoles et microbiologiques
L’objectif stratégique est d’ériger un hub continental à Casablanca
sgs_maroc_061.jpg

La société investit dans un laboratoire multi-métiers basé à Ain Sebaa. Elle y emploie 90 personnes (Ph. SGS)

L’activité de contrôle et d’inspection des produits agricoles à l’import ou à l’export est en plein boom. Et c’est à ce titre que le groupe suisse dont c’est l’un des métiers de base, a décidé d’opérer une intégration en amont de sa filiale marocaine en acquérant deux PME localement, justifie Mehdi Benzari, directeur général de SGS Maroc. La première est un laboratoire spécialisé dans les analyses agricoles, de feuilles, l’eau et du sol. Parmi les diligences, l’examen des seuils de résidus des pesticides dans les exportations agricoles. Laboratoire Centre Atlantique (LCA) était détenu par l’Association française des agriculteurs et opère depuis une quinzaine d’années.

Il s’agit d’accompagner les agriculteurs à améliorer les rendements. Le management de SGS Maroc se refuse à parler du montant de la transaction, «car il y a un contrat de confidentialité avec le vendeur». Seule indication, la valorisation se situe entre 4 et 6 fois l’Ebita. Un importateur de blé ou d’huile de soja par exemple, fera appel aux services de l’entreprise afin de s’assurer de la conformité d’une cargaison expédiée par son fournisseur étranger au cahier des charges. La vérification porte sur la quantité et la qualité commandée avant embarquement.

La deuxième PME rachetée par SGS est Lagrima, un laboratoire local qui intervient dans les analyses microbiologiques pour s’assurer de l’intégrité de denrées alimentaires avant consommation. La clientèle est composée de chaînes hôtelières internationales présentes au Maroc et des grands restaurants. L’ambition est de développer des capacités afin de capter en partie le business des analyses agro-alimentaires qui se font encore à l’étranger. Sur ce métier, la demande est en train d’exploser car les opérateurs ont pris conscience de risques juridique, économique et de réputation que peut générer un incident grave.

Sur le plan organisationnel, chaque entité gardera son autonomie, mais en optimisant les synergies. Les équipes des deux PME seront regroupées sur un même site au quartier industriel d’Ain Sebaa à Casablanca où SGS dispose d’un laboratoire physico-chimique du textile qui se transformera en un multi-lab positionné sur des métiers à haute valeur ajoutée. Avec la montée en régime, ce multilab emploiera 90 personnes.
En fait, le contrôle de conformité équivaut à vendre de la confiance et de l’assurance à l’acheteur situé à l’étranger. La requête peut émaner du vendeur ou de l’acheteur selon l’arrangement contenu dans le contrat, l’inspection se fait au port de chargement et de déchargement. L’enjeu de ce «sésame» est critique, il arrive souvent aussi que la banque conditionne le déblocage d’une ligne de crédit au verdict de l’inspection. «Le client veut s’assurer que ce qu’il va payer correspond bien à la commande qu’il a passée».

Du Maroc, SGS réalise par ailleurs de l’inspection de marchandises destinées à plusieurs pays avec lesquels le groupe est lié par des contrats. Les diligences sont effectuées sur la base des cahiers des charges élaborés par ces gouvernements. Sans le certificat SGS, la marchandise ne peut pas rentrer. Sur le continent africain, au départ du Maroc, SGS inspecte les produits exportés vers le Gabon, la Côte d’Ivoire et le Cameroun. La vision stratégique de la filiale du groupe SGS est de positionner le Maroc comme un hub d’analyses sur le continent en s’appuyant sur la présence de la maison mère dans 42 pays en Afrique. Faute de capacité, de trop nombreux pays continuent à faire faire les analyses en Europe.  L’exercice 2016 a été une bonne cuvée avec une croissance de 13% du chiffre d’affaires contre 1,2% pour le PIB. La seule ombre au tableau reste la visite technique dont les chiffres reculent et le secteur des mines qui souffre du décrochage des cours internationaux. SGS Maroc a réalisé un chiffre d’affaires de 150 millions de dirhams et emploie 350 personnes.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc