Régions

Tanger: Le parc botanique de Donabo enfin sur les rails

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4960 Le 14/02/2017 | Partager
Arbres morts ou malades... les promoteurs expliquent les raisons de l'abattage
Préparation des sols, botanistes britanniques et marocains... les préparatifs lancés
Le premier jardin botanique en milieu forestier prêt pour mi-2018
tanger_parc_botanioque_060.jpg

Le site du parc Donabo accueillait auparavant une piscine d’eau de mer, la seule de la ville. Le projet de parc botanique permettra de doter la ville du premier de ce genre en milieu forestier (Ph. Marchane)

Inconnu jusque-là, le parc Donabo est depuis quelques jours sur le devant de la scène. Et pour cause, un projet de parc botanique qui a connu une levée de boucliers sans précédent. A l’heure de mettre sous presse, une pétition lancée sur le web a réussi à rassembler plus de 1.900 signatures contre l’abattage des arbres de ce parc, l’un des espaces forestiers urbains dont dispose Tanger. Malika El Alaoui, promoteur du projet, se défend de tout projet de coupe clandestine d’arbres ou à visée immobilière. «L’idée est de mettre en place un jardin botanique accessible pour les habitants de la ville», affirme cette dernière.

Le choix du terrain retenu au sein du parc n’est pas anodin. Il comprend un grand nombre d’arbres malades ou morts. Et c’est ces plants-là qui ont été coupés insiste El Alaoui. «Nous avons entrepris une campagne de traitement dès la fin de l’été dernier pour déterminer si on pouvait sauver quelques arbres, le reste a dû malheureusement être abattu sous le contrôle des autorités compétentes», selon la responsable du projet qui assure détenir une autorisation dans ce sens, en plus d’un avant-projet déjà déposé au sein du Centre régional d’investissement. Un projet définitif sera d’ailleurs présenté dès les prochaines semaines, une fois l’opération de préparation des sols terminée.

Actuellement, une équipe de botanistes marocains et britanniques ainsi qu’un spécialiste anglais dans ce type de jardins sont à pied d’œuvre pour donner forme à ce projet.
L’idée du projet est de mettre en place le premier jardin botanique en milieu forestier de la région, insiste Malika El Alaoui, un espace de détente et de sensibilisation à la nature pour les habitants de la ville.
Il devra disposer de plusieurs sous-espaces comme un jardin destiné aux variétés de la menthe ou aux différents types de plantes médicinales de la région et même d’une roseraie et d’un jardin potager de légumes biologiques où les enfants pourront apprendre à cultiver, explique-t-elle. En outre, le jardin sera doté d’équipements annexes comme des toilettes et une buvette, le tout construit en bois afin de rester dans l’esprit de la nature et pour un budget qui ne devrait pas dépasser le 1 million de DH. Si les choses avancent selon le planning prévu, le jardin pourra ouvrir ses portes à la fin du printemps 2018. «Nous traitons avec la nature et il faut suivre son rythme», indique El Alaoui.

A noter que le parc est actuellement visitable et qu’un groupe de constructions a commencé à longer son flanc. Un projet naturel comme ce parc botanique pourrait aider à sa conservation et à limiter les appétits, déclarent les défenseurs du projet qui rappellent qu’il y a une cinquantaine d’années, il accueillait la seule piscine d’eau de mer de la ville, un des rares espaces d’agrément qui alliait mer et forêt.
De notre correspondant, Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc