Habillage_leco
Régions

Chefchaouen:Une première zone industrielle en gestation

Par Ali ABJIOU | Edition N°:4960 Le 14/02/2017 | Partager
8 ha dédiés aux industries légères et à l’agroalimentaire
Rendre la ville et son arrière-pays visibles sur les radars des investisseurs
chefchaouen_zi_060.jpg

L’agroalimentaire et les produits du terroir sont les niches sur lesquelles est basée l’économie de Chefchaouen. La future zone industrielle représente une opportunité pour accroître l’attractivité en matière d’investissement (Ph Adam)

Le conseil communal de la ville de Chefchaouen vient d’approuver un projet de zone industrielle lors de sa dernière session du mois de février, une première pour la ville. Il s’agit d’une zone de 8 hectares qui devra être installée dans la commune de Dardara. Un premier pas a été entamé avec la prévision de 5,5 millions de DH pour l’acquisition du terrain nécessaire pour cette zone. Elle sera dédiée, selon le conseil à des industries de transformation légère dans le domaine de l’agroalimentaire, comme l’industrie fromagère ou celle de la valorisation des plantes aromatiques.

La zone pourra aussi recevoir des unités travaillant dans le cadre des industries mécaniques ou électriques ainsi que toute autre activité en phase avec les besoins de la région en matière d’emploi. Le projet sera mené en partenariat avec la commune rurale de Dardara, la préfecture de Chefchaouen, l’agence de développement des provinces du Nord et la direction générale des collectivités locales. Cette future zone permettra d’augmenter l’attrait de la ville envers les investisseurs dont la préférence est tournée vers des destinations plus classiques comme Tanger ou dans une moindre mesure, Tétouan. L’espoir de la commune est que cette zone puisse aider à la création de postes de travail pour les nombreux jeunes et moins jeunes, dont une part croissante de diplômés de tous bords.

A noter que les opportunités d’emploi restent très limitées dans la région. En dehors du travail dans l’agriculture ou dans le commerce, les opportunités de travail se font très rares. Des initiatives pour le lancement d’espaces dédiés à la création d’emploi ont déjà été lancées il y a quelques années, mais sans succès. C’est le cas d’une pépinière d’entreprises et d’un espace pour entreprises. Mais le manque de profils et la concurrence des activités illicites comme la culture du cannabis avaient nettement réduit l’attractivité de ces terrains.
Actuellement, plusieurs coopératives dédiées à la valorisation des produits fermiers et naturels sont en activité. La disponibilité de terrains industriels viabilisés pourrait leur ouvrir la voie à une montée en régime et à un passage à un rythme supérieur.
De notre correspondant,
Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc