Régions

Casablanca: Cure d’amaigrissement pour la commune urbaine

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4953 Le 03/02/2017 | Partager
Nouvel organigramme avec moins de divisions et de services
Le schéma directeur de stationnement et le plan de circulation adoptés
Un ordre du jour bien chargé pour la session de février

Schéma directeur pour le stationnement, plan de circulation, nouvel organigramme pour la commune … L’agenda de la session ordinaire du conseil de la ville de Casablanca était bien chargé. Avec une quarantaine de points à l’ordre du jour, il a fallu programmer cette séance sur 2 jours (les 2 et 3 février). La moitié des points (une vingtaine) ont été adoptés jeudi 2 février. Le reste est programmé pour la séance d’aujourd’hui vendredi 3 février.
Le menu de la session comportait quatre principaux axes: financements, urbanisme/mobilité, biens communaux et conventions. Mais la mobilité aura été sans conteste le thème phare. En effet, les élus ont adopté deux documents essentiels à l’organisation de la mobilité à Casablanca. Il s’agit du plan de circulation et le schéma directeur pour le stationnement.

Le plan de circulation, dont les études ont été pilotées par la SDL Casa-Transports, instaure des mesures urgentes pour la fluidification de la circulation à Casablanca. A commencer par les couloirs bus. L’avenue des FAR sera l’une des premières à être dotée de couloirs. Le plan de circulation va instaurer aussi des boucles dans l’hyper-centre pour améliorer le flux. Une 1re boucle à sens unique est déjà décidée au niveau des boulevards Lalla Yacout, Bordeaux, Paris, My Youssef, Allal El Fassi, Alger, My Hassan 1er, Rachidi, Mers Sultan et Rahal Meskini. D’autres boucles seront instaurées au fur et à mesure de leur adoption par les commissions compétentes.

Pour sa part, le schéma directeur pour le stationnement (également réalisé par Casa-Transports) vise à créer plus de 6.000 places de stationnement. «Il nous dira où construire des parkings en ouvrage avec une perspective de rentabilité sur 30 ans», avait expliqué Nabil Belabed, DG de la SDL Casadev (cf édition du 7 décembre 2016). Il permettra aussi de lancer une nouvelle politique de stationnement, de zoning… En effet, ce schéma va déterminer les zones de parking en fonction de la durée de stationnement: vertes (stationnement libre), bleues (moyenne durée) et rouges (courte durée). «Grâce à ce plan, nous pourrons localiser les emplacements idoines pour les prochains parkings en ouvrage», avait précisé Belabed.

Outre le stationnement, la SDL Casadev se voit confier d’autres missions dont l’organisation du secteur de dépannage, les fourrières et la gestion des plateformes de commerce de proximité (PCP). L’expérience de Sidi Bernoussi en matière d’insertion des vendeurs ambulants avec le concours de l’INDH et de la Banque Mondiale (cf nos éditions du 4 janvier 2017, 12 janvier 2016, 2 juillet et 4 août 2015) est désormais érigée en exemple pour la métropole. A ce jour,  plus de 800 marchands sont sortis de l’informel. L’objectif est d’atteindre 4.000 bénéficiaires sur 24 plateformes à l’horizon 2019, uniquement sur le territoire de Sidi Bernoussi. «Le succès de cette expérience est tel que nous avons décidé de généraliser cette approche originale sur l’ensemble de son territoire en confiant le suivi à Casadev», souligne Abdessamad El Haykar, 1er vice-président du conseil de la ville.

Et pour fructifier les recettes, Casa-Prestation (qui gère entre autres les abattoirs de la métropole) se voit aussi confier d’autres prérogatives comme la découpe et l’emballage de la viande. De même, il sera désormais possible pour les casablancais de consigner leurs moutons et de les égorger aux abattoirs, moyennant des tarifs précisés par arrêté fiscal.
Sur le volet «gestion des biens communaux», les élus devront adopter aujourd’hui les nouveaux cahiers des charges pour l’exploitation des complexes sportifs de Zenata et My Rachid (récemment libérés). Une étape préalable au lancement d’appels d’offres pour le choix des futurs exploitants. «Les cahiers des charges seront au fur et à mesure préparés pour les autres biens communaux objet de litige et qui seront libérés dans l’avenir», explique le vice-président du conseil de la ville. Selon lui, la CUC est plus que jamais déterminée à récupérer l’ensemble de ses biens objets de litige.

S’agissant du volet financier, la CUC a décidé de débloquer sa contribution au programme de lutte contre l’habitat insalubre. Plus de 9.000 ménages (sur plusieurs arrondissements) sont concernés par ce programme, dont le montant global avoisine 1,7 milliard de DH. «Sur un total de 33 millions de DH, la CUC a déjà versé 10 millions de DH, le reste sera échelonné sur 2 ans, soit 11 millions  de DH cette année et 12 millions de DH en 2018», précise Abdelaziz El Omari, président du conseil de la ville de Casablanca.
La CUC versera également une contribution pour la préservation de l’environnement dans les communes abritant la décharge de Médiouna. Un montant de 10 millions de DH sera réparti entre les communes de Médiouna (7 millions de DH) et  Mejjatia Ouled Taleb (3 millions de DH).

Nouvel organigramme

Les élus ont adopté, lors de la session de février, le nouvel organigramme de la CUC. Ainsi les services de la commune seront dorénavant organisés autour de 4 pôles: «développement durable/vie urbaine», «développement culturel, sportif et social», «infrastructures de base/services techniques» ainsi que le pôle «subvention». Le nouvel organigramme ne compte que 18 divisions et 39 services (contre 28 divisions et 84 services auparavant). Ce chantier de refonte de l’organisation des ressources humaines a été mené par Casa-Prestation. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc