Habillage_leco
Economie

Agriculture: L'olivier et le cactus cartonnent dans le sud

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4952 Le 02/02/2017 | Partager
2 filières performantes et adaptées aux conditions de la région Marrakech-Safi
Des stratégies mises en place pour leur valorisation
agriculture_oliviers_052.jpg

Avec une production moyenne de 320.000 tonnes, soit 25% de la production nationale, la région mise beaucoup sur la filière de l’olivier (Ph. Mokhtari)

Dans la région, l’olivier est l’espèce arboricole vedette. Une filière d’excellence qu’il doit à son adaptation climatique, à ses faibles besoins en eau d’irrigation et à son impact socioéconomique. Puisque sa culture, au coût de production réduit, est essentiellement pratiquée par les petits agriculteurs. Avec une production moyenne de 320.000 tonnes, soit 25% de la production nationale, la région compte 106 unités de trituration modernes et semi-modernes et produit 40.000 tonnes d’huile d’olive (25% du national) et 70.000 tonnes d’olives de table pour une part nationale qui monte ici à 60%. Sur le marché extérieur, la direction régionale de l’agriculture Marrakech-Safi parle d’une production de 45.000 tonnes d’olives de table exportées à partir de la région, soit 60% du national.

Si la culture d’oliviers est très demandée par les agriculteurs de la région, la seule contrainte réside dans la disponibilité de l’eau d’irrigation. C’est ainsi que le pays focalise ses efforts sur l’achèvement des plantations programmées dans les zones irriguées et les zones pluviales favorables. Faire pousser est une chose, valoriser en est une autre. Les professionnels du secteur sont ainsi accompagnés vers la mise à niveau des unités de trituration et des conserveries. Améliorer la qualité de l’huile d’olive demande de développer davantage les signes distinctifs d’origine et de qualité (SDOQ) à l’instar de deux huiles d’olive qui ont obtenu des AOP: Tiyout Chiadma dans la province d’Essaouira et Aghmat Aylane dans celle d’Al Haouz. Il s’agit également de permettre aux organisations professionnelles (GIEs et coopératives) de tendre vers une meilleure gestion et exploitation des unités existantes. Histoire de pérenniser les investissements réalisés à l’aval de la filière.

agriculture_052.jpg

Les filières de l’olive et du cactus, parfaitement adaptées au climat de la région de Marrakech-Safi, sont des sources de développement pleines de promesses. Les délais des projets sont tenus et les retombées économiques en progression. Le créneau du cactus a augmenté de 80% depuis 2008 le nombre d’emplois permanents qu’il génère

Quant au cactus, autre intérêt primordial pour les agriculteurs de la région, particulièrement pour ceux de la zone de Rhamna, même adaptation. Sa forte résistance à la sécheresse, contrairement aux cultures pluviales pratiquées dans les terrains marginaux de la région, comme les céréales, est un atout. Sa culture est majeure pour l’alimentation animale suite à la dégradation des parcours et sa rentabilité dépasse celle des céréales dans les zones semi-arides. Sur les 40.800 ha de superficie de reconversion prévus pour 2020, 25.550 ha sont totalisés à fin décembre 2016, soit 62% de réalisation. Ils sont 8.500 producteurs à se partager les 54.000 ha dédiés pour une production annuelle de 350.000 tonnes. Si 11 unités existent à Rhamna, 2 nouvelles unités sont programmées, une autre à Youssoufia et une à El Kelaa des Sraghna. Là également, il s’agit d’intensifier les efforts d’encadrement des organisations professionnelles pour une meilleure gestion des unités de valorisation et pour assurer leur pérennisation.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc