International

Shell va encaisser près de 4 milliards de dollars

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4951 Le 01/02/2017 | Partager
Le groupe vient de céder ses actifs en mer du Nord britannique
L’opération validée au cours du second trimestre
L’entreprise d’investissement Chrysaor reprend le flambeau
shell_4_milliards_051.jpg

Avec cette cession à Chrysaor, Shell réduit de plus de moitié sa production en mer du Nord britannique. Sont concernées, par ce désengagement les participations dans neuf champs d’hydrocarbures (Buzzard, Beryl, Bressay, Elgin-Franklin, J-Block, Greater Armada cluster, Everest, Lomond et Erskine), et une partie de sa propriété dans un dixième (Schiehallion) (Ph. AFP)

Grosse entrée d’argent pour Shell. Le géant des hydrocarbures Royal Dutch Shell s’est désengagé d’actifs en mer du Nord britannique en faveur de Chrysaor, une entreprise d’investissement, pour un total maximal de 3,8 milliards de dollars. Le groupe réduit ainsi de plus de moitié sa production dans la région cédant la totalité de sa participation dans neuf champs d’hydrocarbures (Buzzard, Beryl, Bressay, Elgin-Franklin, J-Block, Greater Armada cluster, Everest, Lomond et Erskine), et une partie de sa propriété dans un dixième (Schiehallion).

Le géant anglo-néerlandais va donc céder l’équivalent de 54,5% de sa production dans cette région. La part de Shell dans la production totale de ces différents champs a représenté 115.000 barils équivalent pétrole (bep) par jour en 2016, sur un total de 211.000 bep par jour qu’il produit en mer du Nord britannique. Shell n’empochera pas la totalité du montant de la cession tout de suite. Il recevra d’abord une somme de base de 3 milliards de dollars. Il percevra ensuite jusqu’à 600 millions entre 2018 et 2021 en fonction de l’évolution des cours et enfin encaissera 180 millions supplémentaires en cas de découverte de gisements sachant que le coût total futur associé au démantèlement de ces champs est évalué à 3,9 milliards de dollars. Shell en assumera un milliard à l’avenir et le reste passant à la charge de Chrysaor.

Si l’accord est validé, probablement au cours du second semestre 2017, près de 400 employés de Shell passeront sous pavillon Chrysaor. S’il cède ses participations, Shell assure qu’il conservera une présence importante, plus concentrée et renforcée en mer du Nord britannique, avec le re-développement du champ Schiehallion et le lancement attendu du projet Clair Ridge. La vente d’actifs en mer du Nord britannique s’inscrit dans un large programme de cession d’actifs totalisant 30 milliards de dollars,  notamment dans le golfe du Mexique américain et au Canada. A l’instar des autres majors mondiaux, Shell a réduit la voilure en raison de la chute des cours du pétrole depuis le courant 2014. D’ailleurs, sa stratégie est de valoriser et de simplifier son portefeuille après l’acquisition de BG. En effet, Shell a bouclé en février 2016 l’achat du groupe d’hydrocarbures britannique BG pour 55 milliards d’euros, pour notamment se renforcer dans le gaz naturel liquéfié (GNL).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc