Entreprises

Alfa Air à la conquête du marché subsaharien

Par Jean Modeste KOUAME | Edition N°:4944 Le 23/01/2017 | Partager
L’objectif est de rayonner en Afrique de l’Ouest à partir de la Côte d’Ivoire
Une moyenne d’environ 200 à 300 vols/an par avion
alfa_air_044.jpg

«La force d’Alfa Air réside dans la proposition d’itinéraires directs et la desserte des villes qui ne reçoivent pas de vols réguliers», explique Chakib Lahrichi, président (Ph. Alfa Air)

Crise ou pas crise... les jets privés survolent le monde et ignorent la conjoncture. Les patrons, chefs d’entreprise, PDG, avocats d’affaires... optent de plus en plus pour ce mode de transport discret, pour éviter les contraintes, risques et retards des compagnies aériennes classiques. Plus encore, au lieu de faire des acquisitions onéreuses de flottes, des multinationales recourent à l’externalisation de ces prestations en recourant aux services de transporteurs privés spécialisés, tels que Alfa Air.
Lancée en 2007 par Chakib Lahrichi, Alfa Air est une entreprise spécialisée dans les segments des vols de transport VIP ainsi que les évacuations sanitaires (Evasan). La firme opère également dans le fret d’urgence (transport de fonds, transport de matériel …).

Certes, le marché local offre de belles perspectives de croissance, mais l’heure est à la conquête du marché subsaharien. «Nous avons décidé de nous implanter en Côte d’Ivoire, où nous serons bientôt agréés transporteur aérien. A partir de cette base, nous comptons couvrir toute l’Afrique de l’Ouest. C’est un pays stratégique par son rayonnement sur la région», révèle Chakib Lahrichi, président d’Alfa Air. La nouvelle filiale est dénommée Alfa Air of Africa. Créée fin décembre 2016, elle est détenue à 100% par le transporteur aérien privé. La filiale assurera des prestations de maintenance, le transport aérien de personnes, le fret, l’import/export ainsi que l’évacuation sanitaire directe et interrégionale entre l’Afrique de l’Ouest, l’Afrique centrale, le Maghreb et l’Europe (l’Allemagne, la France…).

En termes de prix, la facturation intègre un ensemble de paramètres très variables. La location d’un avion se facture à l’heure de vol. «Le tarif varie entre 12.000 et 30.000 DH/heure», confie le management. Le positionnement du transporteur sur le marché subsaharien lui permettra de diversifier sa clientèle. «Dans cette zone, nous sommes beaucoup sollicités par des pétroliers, des miniers… Ce qui représente de nouveaux marchés et des relais de croissance», explique Chakib Lahrichi.
En évolution constante de 20%, le chiffre d’affaires d’Alfa Air a quelque peu été affecté en 2016, à cause de déboires avec les autorités en charge de l’aviation civile.

En effet, début 2016, l’entreprise menaçait de mettre la clé sous le paillasson et de délocaliser ses activités. Aujourd’hui, cet épisode fait partie du passé. «Finalement, les choses sont rentrées dans l’ordre», confirme le management. Le transporteur aérien privé exploite une flotte de quatre avions d’affaires, acquis et financés en fonds propres. La flottille est composée de deux Falcon 10 (marque Dassault), un falcon 20 et un Jet-Stream. La compagnie est sur une moyenne d’un peu plus de 800 heures de vol/an, soit à peu près 200 à 300 vols/an par avion. Elle emploie 22 personnes (pilotes, mécaniciens, hôtesses…) et fait partie des trois seules compagnies encore actives sur ce segment au Maroc.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc