Culture

Everyday Casablanca: Regards d’artistes sur le quotidien d’une métropole

Par Amine Boushaba | Edition N°:4938 Le 13/01/2017 | Partager
Un collectif de 9 photographes expose Casablanca
Une initiative inspirée du projet: #Everyday Africa
everyday_casablanca_038.jpg

Dans Everyday Casablanca, nous ne sommes pas dans de la smart photographie mais bel et bien dans une démarche artistique et un regard croisé de différents artistes sur la métropole (Ph. Yassine Toumi/everyday casablanca)

Non l’Afrique n’est pas (que) misérable, l’Afrique n’est pas faite que de guerres et de conflits… Elle est surtout faite d’énergie, de quotidien, de la vie de tous les jours, de moments familiers… C’est cette image, voulant casser les stéréotypes habituellement véhiculés par la presse internationale, que veut promouvoir «Everyday Africa».

Le projet est lancé en 2012 par deux photographes dans le but de s’affranchir des éternelles images de guerre, ou au meilleur des cas d’images véhiculant la faune du continent. Très vite rejoint par d’autres artistes, la plateforme est aujourd’hui gérée par un collectif établi, qui poste des photographies sur la vie quotidienne du continent loin des clichés habituels. Séduisant avec ses 300.000 followers et plus de 3.200 photographies postées, le compte Everyday Africa a fait des émules dans le monde entier. Le hashtag  #Everyday  a trés vite pris une place importante sur les réseaux sociaux où fleurissent des initiatives dans plusieurs pays et plusieurs régions avec toujours le même objectif: des photographes, professionnels ou amateurs, du monde désireux de montrer les différentes zones géographiques du globe sous leur meilleur angle, coupant court aux stéréotypes.

La version casablancaise a vu le jour grâce à un collectif de neuf photographes qui veulent eux aussi montrer le quotidien de la métropole. Zakaria Aït Wakrim, Walid Bendra, Salmane Dahioui El Idrissi, Abderrahmane Doukkane, Yasmine Hatimi, Mehdy Mariouch, Imane Sifeddine, Yassine Toumi et enfin Fayssal Zaoui: neuf photographes casablancais, d’origine ou d’adoption, ont pris le parti d’exposer leur vision propre de la cité où ils vivent et travaillent.  «Casablanca, belle ou turbulente, sera présentée sous toutes ses facettes où chacun reconnaîtra son “tous les jours” qu’il fasse sourire, rire ou tout l’inverse...

Casablanca dans tous ses paradoxes, dans toute sa splendeur», précise Armelle Dakouo, la commissaire de l’exposition qui s’ouvre aujourd’hui (vendredi)  et dure jusqu’au  13 février à la galerie 121 de l’Institut français à Casablanca. L’exposition est issue d’un travail de plusieurs mois de prises photographiques, dans la métropole et compilée  dans le compte instagram «Everyday Casablanca».  Une plateforme qui peut porter à confusion, mais qu’on ne s’y trompe pas, «l’exposition présente un vrai projet artistique», selon Marie Moignard, auteur et critique d’art spécialisée dans la photographie.  Dans ce projet, la plateforme instagram a été un moyen de diffusion contrairement à ce qu’on peut y voir en général. «Car une image artistique n’est pas qu’une belle image. Ce n’est pas uniquement une question de techniques ou de filtres, mais bien de regard et de discours».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc