Economie

Pêche maritime/Durabilité: Le bateau du futur pour relever le défi

Par Fatiha NAKHLI | Edition N°:4930 Le 03/01/2017 | Partager
Nécessité de créer des navires de pêche moins impactants sur la ressource naturelle
Performance environnementale, rentabilité et compétitivité des navires... les enjeux
peche_bateaux_030.jpg

Le bateau de pêche du futur présente de nombreux avantages. Dont la réduction des coûts de production et du gazole consommé. Avec moins de rejet grâce à une meilleure sélectivité des engins. Il permettra l’amélioration des conditions de travail, le renforcement de la sécurité et la stabilisation, voire l’augmentation des salaires

Compétitivité, rentabilité, sécurité, économie d’énergie. Ce sont les multiples challenges que doit relever la pêche maritime. Une équation qui doit prendre en compte et en priorité le respect de l’environnement. Pour cela, il devient impératif d’utiliser des engins de pêche plus sélectifs et moins impactants sur la ressource naturelle. C’est dans ce sens qu’un séminaire a été organisé récemment à Agadir.
Il vise à présenter aux acteurs du secteur halieutique le projet de bateau de pêche du futur.
L’objectif étant d’inciter la profession à mener une réflexion et à mesurer les enjeux liés à la compétitivité de la filière navale marocaine, à la rentabilité des navires de pêche et à leur performance environnementale. Et aussi à avoir une vision par rapport au bateau du futur, tout en s’engageant dans les travaux de recherche, de développement et d’expertise pour sa réalisation.
«La flotte doit faire appel aux nouveaux outils de travail intégrant les technologies d’aujourd’hui», a déclaré Mohamed Bouayad, président d’Agadir Haliopole Cluster (AHP). «Notre optique via cette rencontre est de proposer à la profession un ensemble de dispositions à engager pour envisager le développement de nouveaux navires de pêche», a-t-il ajouté.
En effet, le renouvellement des outils de travail présente de nombreux avantages. Dont la réduction des coûts de production d’où une rentabilité économique rétablie avec un effort de pêche réduit. Mais aussi l’amélioration du bilan carbone, avec une réduction du gazole consommé. Avec moins de rejet grâce à une meilleure sélectivité des engins.
Les bénéfices au niveau du volet social sont aussi importants. Le bateau de pêche du futur permettra l’amélioration des conditions de travail, le renforcement de la sécurité et la stabilisation, voire l’augmentation des salaires. «Les nouveaux navires de pêche devraient répondre à des cahiers des charges stricts qui prennent en compte les obligations des marchés à l’export», explique Pascal Lemesle, Président du directoir Bureau Mauric Architecture navale et Ingénierie marine. Le conférencier a également présenté l’exemple Arpège, le chalutier du futur, qui a vivement impressionné l’assistance.
Pour rappel, le séminaire sur le projet du bateau de pêche du futur, enjeux et pistes de développement, est organisé sur une initiative d’Agadir Haliopole Cluster (AHP) en tant que pôle de compétitivité pour la pêche. Et ce, en partenariat avec la Chambre maritime Atlantique centre.
La rencontre a connu une forte participation des institutionnels, d’experts nationaux et internationaux, armateurs, pêcheurs, universitaires, qui ont animé le débat.

Fédération d’énergie...

Les principaux acteurs du secteur halieutique sont unanimes: il est nécessaire de procéder à une refonte profonde des différents types de bateaux de pêche, en s’appuyant sur des critères solides de modernisation. Pour eux, l’idéal serait de commencer par la construction de 3 types de bateaux modèles: chalutier côtier, sardinier et chalutier congélateur. Une initiative qui devrait avoir force de démonstration.
Il faut préciser par ailleurs que les participants étaient unanimes sur l’inadaptation des bateaux sardiniers actuels pour une pêche responsable, soucieuse de la préservation des ressources halieutiques et de leur valorisation. Parmi les recommandations retenues, la nécessite d’impliquer les autorités de tutelle pour une révision du programme de modernisation de la flotte côtière. Bien sûr, en tenant compte des critères auxquels répond le bateau du futur. Le vœu a de même été formulé d’étendre cette mesure aux bateaux de pêche hauturière et à la formation professionnelle.
L’urgence étant de pallier l’essentiel et d’anticiper l’avenir afin de mieux relever les défis. A savoir, la rentabilité, la compétitivité, l’autonomie en mer, la stabilité, la préservation de l’environnement et de la ressource. Et la disponibilité des moyens de conservation des captures à bord.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc