Rétrospective 2016

Dans les régions, l’effervescence des projets structurants

Par L'Economiste | Edition N°:4928 Le 30/12/2016 | Partager

Souss

■ Dans le Souss, la station de dessalement très attendue

Le Souss Massa connaît un stress hydrique qui se traduit par un déficit annuel de 60 millions de m3 au niveau de la nappe phréatique, surexploitée. Le salut pour la région à vocation agricole réside dans la station de dessalement prévue à Tifnit, dans la Province de Chtouka Ait Baha. Toutefois, le projet tarde à démarrer. Le nom de la société retenue pour la réalisation de ce projet dans le cadre d’un partenariat public-privé (PPP) devait être annoncé en septembre 2015(cf. notre édition du 11/8/2015). Or, ce n’est toujours pas le cas. Sachant que 10 sociétés ont été présélectionnées et soumises à étude. 2017 sera peut-être l’année du vrai démarrage du projet, c’est ce que les producteurs espèrent vivement. Il faut rappeler que ce projet est une composante intégrale du Plan agricole régional (PAR) pour assurer les besoins en eau d’irrigation. En effet, la future station permettra un approvisionnement en eau dessalée de 4000 m3 par hectare et par an. La capacité à terme de cette usine étant de 167.000 m3 par jour pour couvrir un réseau d’irrigation de plus de 13.000 ha.
F. N.

Agadir/Tourisme: 2016 l’année de la reprise

L’année 2017 s’annonce positive pour le secteur touristique dans la destination balnéaire Agadir. En effet, après un début d’année 2016 dans le rouge, le secteur touristique s’est mis à remonter la pente. Les arrivées dans le chef-lieu du Souss étant passées de -9% au cours du premier semestre à +2% durant les onze premiers mois de l’année 2016. o

                                            

Rabat

 Un développement urbain à deux vitesses

Durant 2017, Rabat va poursuivre son programme de développement intégré (2014-2018). Près de 50% des travaux sont engagés et les promoteurs comptent atteindre 75% en fin 2017, avance une source de la société Rabat aménagement qui supervise le pilotage de ce programme d’un budget d’environ 9 milliards de DH. Parmi les projets en 2017, la nouvelle gare routière et le marché de gros près de Tamesna. On prévoit également l’achèvement de la grande piscine de la capitale aménagée sur 17.000 m2 au niveau de la nouvelle corniche de Rabat. Face à cette amélioration urbaine de plusieurs artères et places de la capitale, on enregistre cependant  une dégradation urbaine inquiétante comme cela est le cas de la médina et certains quartiers de Youssoufia (Douars Haja et Doum). Les communes rurales de la région souffrent également d’une marginalisation avec un déficit énorme en équipements sociaux de base. Une situation qui prédispose à l’exode rural...

 Rabat/bus: la solution de la dernière chance

Stareo, la société des bus au niveau de l’agglomération Rabat-Salé, est agonisante. Elle a englouti près d’un milliard de DH de subventions sans arriver à un redressement de sa situation, avance une source du Groupement Al Assima, actionnaire majoritaire de la société. Face à cet échec, les responsables du secteur reviennent avec conviction à la formule de la gestion déléguée. Le lancement d’un appel d’offres international est prévu début 2017, signale notre source. Il s’agit de la dernière chance pour sauver ce secteur qui porte atteinte à l’image de la capitale du pays. Espérons que le nouveau cahier des charges soit bien ficelé pour éviter de retomber dans les mêmes problèmes qui ont contribué à la crise du secteur. Heureusement que le tramway soulage une partie des habitants de Rabat-Salé. Les travaux de l’extension de son réseau seront entamés courant 2017, confirme Lemghari Essakl, DG de l’Agence du Bouregreg. 
N.E.A

                                            

Tanger

 La Ligne à grande vitesse, dernier virage avant le démarrage

Les travaux avancent à un rythme effréné pour pouvoir amener La ligne à grande vitesse à Tanger. Les travaux avancent sur deux fronts, celui des infrastructures terrestres avec l’avancement de la voie ferrée d’un côté et ceux réalisés en ville avec le réaménagement de la gare ferroviaire. Les travaux sont pratiquement achevés sur le centre de maintenance, celui qui accueille les rames de TGV et devra assurer leur maintenance. Les essais sur les voies ferrées normales ont déjà démarré pour ces rames, mais ce n’est qu’au cours de 2017 que les essais finaux sur le réseau TGV devront démarrer. La certification finale des rames et de la ligne ferrée sera la dernière étape qui devra aboutir à une entrée en service commerciale au début de l’année 2018.
A. A.

                                            

Marrakech

 Tourisme, l’effet COP

Merci la COP. Grâce à la conférence climatique, le tourisme à Marrakech va clôturer une année positive (+5% contre -3% en 2015). Soit, 1,9 million de touristes et à peine 100.000 de plus qu’en 2010.  Et il sera très difficile -vu la conjoncture, le climat d’insécurité international et agendas électoraux dans les marchés émetteurs- de faire plus en 2017, à moins de capitaliser sur le savoir-faire que la cité ocre et ses professionnels ont pu développer et valoriser pour attirer d’autres événements de la même envergure.  Il faudra auparavant doter la ville d’une infrastructure  permanente capable d’accueillir des rencontres de 5 à 6.000 personnes et générer quelque 40.000 nuitées supplémentaires. La Ville étudie un projet structurant de ce genre sur 7 hectares depuis plusieurs années, mais n’a jamais réussi à dépasser le stade d’étude. En attendant, Marrakech abritera durant 6 jours en juillet 2017, le 61e congrès mondial de la statistique et sera ainsi la 3e ville africaine à accueillir cette rencontre mondiale des statisticiens. 3.000 participants de 141 pays  y sont attendus et devront générer 18.000 nuitées en période creuse.

 Un musée YSL sur 4.000 m2

Annoncé en 2016, le musée Yves Saint Laurent verra le jour, à l’automne 2017, dans la rue qui porte le même nom que l’icône de la mode. La Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent est en train de construire cet édifice sur 4.000 m².  Le musée à proximité du Jardin Majorelle -que Bergé et Saint Laurent avaient sauvé d’une disparition certaine en 1980- permettra aux visiteurs de redécouvrir une partie de la collection de l’icône de la mode : 5.000 vêtements, 15.000 accessoires de haute couture et des dizaines de milliers d’ébauches et autres articles toujours archivés à Paris. Amoureux de Marrakech, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé en ont fait leur terre d’accueil depuis 1966.  Bergé vient d’ailleurs d’être décoré du Grand Cordon du Wissam Alaouite pour sa contribution en faveur de la promotion et de la préservation du patrimoine traditionnel marocain.
B. B.

                                            

■ Marina de Tanger: Dernières retouches

La Marina de Tanger avec la remise à niveau de la Corniche est l’un des projets les plus attendus dans la capitale du Détroit. Une première tranche devra entrer en service dès cette année. Sa mise en place entre dans le cadre d’un projet intégré de remise à niveau du port de Tanger-Ville, le port historique de Tanger avec un investissement de plus de 6 milliards de DH. La Marina devra dans une première phase offrir 500 anneaux dans un cadre réaménagé équivalent des meilleurs marinas de la région. Pour accompagner cette dernière, l’environnement disposera d’un noyau d’animation avec des commerces, restaurants, hôtels et autres.
L’embellissement touche aussi toute la corniche avec des travaux de réaménagement qui s’étendent jusqu’à Ghandouri, à l’est. Parmi ses attractions, une fontaine lumineuse, la plus longue du Maroc et dont les essais ont déjà été entamés.
A. A.

                                            

Oriental

■ Nador West Med en route pour 2017

Le groupement constitué du marocain SGTM, le turc STFA et le luxembourgeois Jan De Nul a été confirmé adjudicataire pour la réalisation des travaux de construction des infrastructures de base du port futuriste de l’Oriental, pour un montant de 7,61 milliards de dirhams. Les travaux de la tranche ferme, qui débuteront en 2017, seront constitués de 2 digues (principale et secondaire) sur un linéaire de 5.400ml, un terminal Est sur une longueur de 1.520 ml y compris les terre-pleins de 500 ml de largeur et le cavalier de protection; un terminal Ouest sur une longueur de 600 ml; 3 postes pétroliers adossés à la digue principale; une rampe «roro» et un quai de service de 384 ml; les dragages, les terrassements généraux et des sols relatifs au projet. Quant à la durée de réalisation des travaux de la tranche ferme, elle est fixée à soixante mois. En perspective, le Nador West Med contribuera au développement du marché via des facilités pour encourager le privé et booster l’emploi. Plus de 100.000 emplois directs et indirects devraient être créés à terme, précise-t-on auprès de la Société Nador West Med.
A. K.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc