International

Tunisie en quête de nouveaux investissements

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:4909 Le 01/12/2016 | Partager
Signatures de conventions et promesses se multiplient
Le président Essebsi est attendu à Bruxelles
tunisie_investisseurs_009.jpg

«La Tunisie fait face à des circonstances exceptionnelles et a besoin d’un soutien exceptionnel», a fait valoir le président Béji Caïd Essebsi. Pour lui, «le succès de la construction démocratique en Tunisie (...) contribue à renforcer la sécurité et la stabilité régionale et internationale» (Ph. AFP)

«Tunisia 2020», la conférence économique qui s’est tenue sur deux jours (29 et 30 novembre) visait  à remettre la Tunisie sur la carte de l’investissement en Méditerranée. En présence de plus de 2.000 participants d’une cinquantaine de pays dont le Maroc, la rencontre a mis sur la table plus de 140 projets d’investissement, publics mais aussi privés, pour un montant évalué à près de 30 milliards d’euros.  Ils concernant des domaines variés, de l’économie numérique à la santé, en passant par les énergies et le tourisme.
Plusieurs pays dont le Qatar se sont engagés à apporter une aide financière à Tunis.
Dans la foulée, l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani, a rendu hommage au peuple tunisien et annoncé  le déblocage de 1,25 milliard de dollars pour soutenir l’économie du pays. Co-parrain de la conférence, la France a également confirmé un renforcement de l’aide bilatérale. En janvier, Paris a déjà annoncé un plan d’assistance d’un milliard d’euros d’ici 2020, a noté le Premier ministre Manuel Valls. Dans les années à venir, l’Agence française de développement (AFD) investira au minimum 250 millions d’euros chaque année. Dès le début du mois, l’Union européenne avait indiqué qu’elle doublerait son soutien financier en 2017, à hauteur de 300 millions d’euros. Le président Essebsi est attendu à Bruxelles pour rencontrer ses principaux dirigeants. Le pays a dû conclure en mai un nouveau plan d’aide auprès du Fonds monétaire international (FMI) de 2,6 milliards d’euros sur quatre ans. Les principaux bailleurs de fonds sont présents à la conférence de Tunis.
Mardi 29 novembre, la Banque européenne d’investissement (BEI) –la banque de l’UE– a de son côté fait savoir que 2,5 milliards d’euros de prêts seraient octroyés d’ici 2020. Le Koweït s’est dit disposé à prêter 500 millions de dollars sur cinq ans. Une trentaine d’accords de financement et conventions ont été signés. Pour valoriser le nouveau climat des affaires en Tunisie, la récente adoption d’un code de l’investissement doit permettre une simplification des procédures administratives. Le pays vient d’être classé 77e dans le Doing Business 2017 établi par la Banque mondiale, reculant de deux places par rapport à celui de 2016. Il a pour objectif d’atteindre un rythme de croissance annuel moyen de 4% pour la période 2016-2020 (vs 1,5% par an entre 2011 et 2015).

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc