Société

Formule E: The Cat is back

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:4909 Le 01/12/2016 | Partager
Jaguar retente la compétition automobile après 12 années d’absence
Débuts difficiles mais l’écurie progresse après seulement deux courses
Le constructeur veut profiter de la compétition pour développer ses futurs modèles
formule_1_009.jpg

Débuts compliqués pour Jaguar Racing au championnat du monde des voitures électriques. L’écurie a cependant progressé en seulement deux courses. De quoi présager un bel avenir dans cette discipline  (Ph. Smeia)

JAGUAR ne s’attendait certainement pas à un retour aussi difficile dans le monde de la course automobile. Douze années après avoir quitté la Formule 1, la catégorie reine de sport-auto, «The Cat» a timidement entamé une nouvelle aventure dans le championnat du monde des véhicules électriques.
Au terme des deux premières courses (Hong Kong et Marrakech), l’écurie Jaguar Racing n’a pu inscrire de points au championnat. Si à Hong Kong, l’écurie a vu une de ses voitures (I-Type) abandonner et la seconde finir à la 12e position, à Marrakech, ses résultats ont été bien meilleurs. Ainsi Adam Carroll, premier pilote du team a lui bien géré les paramètres de la course pour finir le ePrix de Marrakech à une honnête 14e place. Mitch Evans, second pilote, n’a pu faire mieux que la 17e place à un tour du vainqueur (Buemi) en raison de problèmes techniques. Globalement, les voitures ont mieux terminé la course qu’elles ne l’avaient commencée. Les résultats de la course de Marrakech restent, toutefois, un signe encourageant pour les dirigeants. Ils sont aussi plein d’enseignements pour les ingénieurs de l’équipe. En tout cas, cette saison 2016-2017 sonne officiellement comme une année d’apprentissage pour le team Jaguar Racing dans la catégorie de Formule E. Le projet est de se construire un socle et des bases solides pour renouer avec le succès. Il était donc important pour les pilotes à la fois de collecter des données et de terminer la course. Sur ces deux points le team a réussi ses objectifs. C’est donc avec un maximum d’informations que le Jaguar Racing repart du Maroc en quête d’améliorations futures. Le Team est bien déterminé à travailler dur pour revenir plus fort en Argentine la prochaine étape du championnat qui est prévue en février 2017.  
Au-delà de l’aspect sportif, la participation de Jaguar au championnat du monde des voitures électriques va lui permettre de procéder aux développements de ses futurs modèles. Justement le programme de Jaguar en Formule E s’articule autour du principe «course de l’innovation» permettant de mettre les avancées majeures réalisées sur le circuit de course au service des véhicules urbains. Pour ce faire, le constructeur britannique emploie 9.000 ingénieurs au sein de la plus importante plateforme de R&D de Grande-Bretagne. L’aboutissement de cette stratégie est le concept 100% électrique I-Pace qui vient d’être présenté au Motor show de Los Angeles dont la commercialisation est prévue en 2018.

Longue histoire dans le sport automobile

JAGUAR a une longue histoire avec le monde du sport automobile. Elle commence en 1950 avec la participation au Mans de la XK120 qui était considérée comme la voiture de série la plus rapide de son époque. La victoire sur ce circuit mythique de l’endurance est intervenue deux années de suite en 1952 et 1953 avec la C-Type.
Le constructeur remet ça durant 3 années consécutives entre 1955 et 1957 avec la D-Type. Changement de décor, en 1975 et 1996, le team participe avec succès au championnat d’Europe FIA des voitures de tourisme, au championnat de pilotes l’ETCC et les 24 heures de Spa avec une V12 XJS. En parallèle, la XJR-9 s’est illustrée en 1988 avec une victoire aux 24 heures de Daytona et au Mans. Fort de ses succès, Jaguar tente entre 2000 et 2004 l’aventure F1 enrôlant le pilote de Ferrari, Eddie Irvine et rafle plusieurs podiums.

 

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc