Dossier Spécial

Prêt immobilier: Comment s’y prendre?

Par Fatima HAÏM | Edition N°:4903 Le 23/11/2016 | Partager
pret_immobilier_003.jpg

Plus le montant de l’apport est important, plus le taux sera bas. Avec la baisse généralisée des taux bancaires, c’est le bon moment d’acheter! (Ph. L’Economiste)

Vous souhaitez acquérir un bien immobilier? Avec la baisse généralisée des taux de crédit bancaire, c’est le moment d’en profiter. Oui, mais voilà, il n’est pas toujours évident pour l’emprunteur de s’y retrouver, au milieu de toutes ces offres de prêt et des taux d’intérêt proposés. D’autant plus qu’un crédit immobilier engage sur une durée minimale de 15 ans. Voire plus… Voici quelques ficelles pour bien réussir une acquisition.

■ Négocier un prêt immobilier avec un apport
Avoir un capital de départ reste la voie royale pour accéder à l’emprunt… Plus votre apport sera grand, plus vous allez marquer des points auprès de votre conseiller financier, qui sera plus enclin à proposer un taux attractif. Idéalement, il est préférable d’avoir 30% d’apport (voire plus) pour bénéficier d’un bon taux. Si vous avez 10% d’apport pour acheter votre logement, c’est déjà bien pour votre banque, un élément qui va jouer en votre faveur pour vous octroyer un crédit et surtout payer les frais du notaire qui varient entre 7,5% et 10%.

■ Négocier un emprunt avec zéro apport
Bien entendu, il est préférable d’avoir quelques «provisions» avant de se lancer dans l’achat d’un bien… Mais il est tout à fait possible de négocier auprès de votre banque la totalité du montant de votre bien. Si vous êtes dans ce cas, votre banque doit s’assurer que vous êtes bien solvable et que vous avez des revenus fixes. Bien entendu, chaque client est différent et la banque ne donnera son feu vert que si elle a des gages sécurisants. Et en fonction du bien, le risque n’est pas le même… Par exemple, si vous avez un salaire de 25.000 DH et que vous souhaitez acheter un appartement de 2 millions de DH, vos chances d’obtenir un prêt sont compromises.
■ Pour quel taux opter: taux fixe ou variable?
«Un client averti, habitué à gérer de l’argent, va être attentif aux taux des marchés. A ce client, je peux lui conseiller d’aller vers un crédit variable, car il va suivre le marché. Pour un autre profil, plus éloigné de ce monde, je préfère lui conseiller un taux fixe, il va être rassuré et ne va pas être en situation de stress par rapport à son crédit», explique Yassine Lahlou, DG de meilleurtaux.ma
Aujourd’hui, un bon taux fixe varie entre 4,5% et 4,7% HT. Un bon taux variable fluctue entre 3,8% et 4% HT.
«Sur les cinq premières années, le taux variable ne présente pas de risque majeur… A moins d’une politique inflationniste, Bank Al Maghrib ne va pas augmenter ses taux. Pour une personne qui souhaite acquérir une deuxième résidence ou faire un investissement locatif, je vais davantage l’orienter vers un taux variable», poursuit Yassine Lahlou.
Du côté des banques, c’est un tout autre son de cloche… «On ne conseille jamais un taux variable à nos clients, car il y a un grand risque pour que le taux change du jour au lendemain à cause des fluctuations de la Bourse mondiale ou de BAM. Nous proposerons toujours un taux fixe», note un conseiller financier de Wafa Immobilier.

■ Quelques astuces en plus…
Avant de franchir le pas, mieux vaut faire le tour des agences bancaires de la place pour voir quelle est la meilleure offre proposée. Aujourd’hui, les prêts immobiliers à 5% (HT) sont devenus monnaie courante à cause de la morosité du secteur immobilier. Conséquence: les banques sont presque «prêtes à tout» pour faire signer de nouveaux crédits, donc n’hésitez pas à négocier votre taux à la baisse auprès de votre conseiller.
«Le taux est plus intéressant quand le montant du bien est important et dans ce cas, le client peut négocier un taux fixe à 4,5% HT... Pour un logement à moins de 1 million de DH, le taux va être de 5%, mais le client peut obtenir une dérogation pour avoir un taux à 4,5% HT en fonction de son profil et de son projet», note Wafa Immobilier.  
Aussi, n’oubliez pas que vous aurez des frais du notaire à régler. Donc pensez à constituer un apport minimum d’au moins 10% avant de franchir le pas. De plus, un achat immobilier s’accompagne généralement de travaux de rénovation éventuels (en dehors des frais inhérents à un aménagement).
«Si vous avez un projet d’acquisition, il faut faire attention à vos finances et veiller à rester dans les limites des exigences de la banque en se disant que 50% de vos revenus vont servir à payer vos traites. Quel que soit le montant de vos économies, la banque va évaluer votre profil épargnant. Même si vous avez économisé de petites sommes, cela montre que vous savez épargner… C’est important d’avoir une bonne image financière», explique Lahlou.
De manière générale, la diminution des taux permet de réaliser un gain financier même dans les cas où le prix du mètre carré ne varie pas. Or, les prix de l’immobilier accusent aussi une légère baisse… Deux paramètres importants qui permettent de baisser le coût d’acquisition d’un bien.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc