Entreprises

RAM bientôt dans le capital d’Air Sénégal

Par Amin RBOUB | Edition N°:4899 Le 16/11/2016 | Partager
Un partenariat «mutuellement» bénéfique en préparation
Une décision prise en marge de la visite royale à Dakar
ram_air_senegal_099.jpg

Le rapprochement de RAM avec Air Sénégal SA devra être «mutuellement» bénéfique, dans des domaines opérationnels et techniques, notamment à travers la mise en place d’accords commerciaux (Ph. RAM)

Nouveau partenariat entre Royal Air Maroc et Air Sénégal. Les deux compagnies ont engagé des discussions très avancées pour un rapprochement dans les plus brefs délais. L’enjeu  étant de mobiliser les deux compagnies afin de mettre en place un partenariat «mutuellement» bénéfique, dans divers domaines opérationnels et techniques, notamment à travers la mise en place d’accords commerciaux. Ce qui passerait aussi par des synergies entre les deux flottes, les moyens humains et techniques des deux transporteurs.
Tout porte à croire que RAM va entrer dans le capital de Air Sénégal SA. Une décision qui a été prise en marge de la visite officielle du Souverain, il y a une semaine à Dakar. UN GIE (Groupe d’impulsion économique) maroco-sénégalais s’est aussi réuni il y a une semaine. Quatre accords de partenariat ont été signés dans le cadre de ce GIE. Le groupe d’impulsion préconise d’ailleurs de promouvoir «le développement de flux touristiques et d’investissement» entre les deux pays. Ce qui passe par l’ouverture de structures de promotion du tourisme, de créer des synergies à travers des packages, la mise en place d’outils pour favoriser l’investissement dans les deux sens, voire identifier des domaines susceptibles de monter des joint-ventures et des partenariats croisés. D’ailleurs, le rapprochement entre RAM et Air Sénégal SA devra jouer un rôle de catalyseur en termes de flux touristiques et de packages de part et d’autre. Côté sénégalais, l’entrée de RAM dans le capital de la compagnie sénégalaise reste mitigée. Si du côté officiel sénégalais, le rapprochement ne peut être que bénéfique. Néanmoins, ce partenariat ne réjouit pas certains milieux d’affaires dakarois et surtout des acteurs du secteur aérien. Ils redoutent que le scénario RAM-ASI ne se produise encore une fois. Plusieurs d’entre eux estiment que la RAM est «responsable de la faillite de l’ex-Air Sénégal international. Elle a aussi adopté une stratégie de concurrence agressive à l’encontre de la défunte Sénégal Airlines», fait-on valoir dans les médias sénégalais.
En 2009, RAM s’était, rappelons-le, retiré du tour de table de Air Sénégal International (ASI). Un divorce qui a été très suivi par la classe politique à Rabat et Dakar. Les deux parties avaient fini par trouver «un accord à l’amiable» qui ressemblait plus à un compromis politique. Après plusieurs rounds de négociations, l’accord a été trouvé fin mai 2009 à Dakar, en présence de Driss Benhima, ex-PDG de RAM et des autorités gouvernementales du Sénégal. A l’époque, il y a eu des tractations de dernière minute entre Driss Benhima et Karim Wade, ancien ministre sénégalais en charge des Transports, qui avait contribué au règlement du différend. Finalement, RAM avait obtenu le retrait du tour de table de ASI. Mais même en se retirant, la compagnie marocaine s’était engagée à apporter de l’assistance technique, opérationnelle et technique à la nouvelle compagnie que s’apprêtait alors à lancer le gouvernement sénégalais.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc