Evénement

Dans les coulisses du Sommet de Marrakech

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:4898 Le 15/11/2016 | Partager

■ Soutien à 1 milliard d’Africains sans électricité
L’accès actuel à l’électricité en Afrique est extrêmement limité. Le continent possède une offre d’électricité à peu près équivalente à celle de la France. Cela pose naturellement des problèmes à de nombreuses communautés, mais ouvre également de nombreuses possibilités. Le réseau électrique du continent ayant besoin d’être développé, les participants à la COP22 ont débattu des coûts, en constante baisse, ce qui permet désormais une application beaucoup plus viable.
La construction d’infrastructures continue son développement grâce aux progrès réalisés avec l’aide d’acteurs venus de l’Europe et des États-Unis formant des partenariats pour apporter l’expertise et les investissements financiers nécessaires. Un projet qui au passage génère de très nombreux emplois, encourageant l’entrepreneuriat de petites et moyennes entreprises. Objectif: apporter une contribution à plus d’un milliard d’Africains sans électricité.

                                                                       

■ Surveillance par satellite

surveillance_stellite_098.jpg

L’échange de données entre les agences spatiales est un élément clé de compréhension et de lutte contre le changement climatique. Plusieurs chefs de plusieurs agences spatiales se sont réunis au Pavillon Maroc pour parler financements et comment ces agences satellitaires pouvaient aider les petits États insulaires à développer des systèmes de prévention aux risques environnementaux.
Il s’agissait également de savoir comment améliorer l’accès des pays africains aux services satellitaires pour les aider à développer des plans de résilience climatique. Grâce au partage des zones de gaz à effet de serre, cette surveillance par satellite aiderait à s’assurer que les engagements prévus par l’Accord de Paris soient maintenus.

 

                                                                       

■ Savoir indigène

savoir_indigene_098.jpg

C’est le chaînon manquant dans les efforts mondiaux pour répondre aux objectifs climatiques. Alors la conférence est le temps parfait pour appuyer le rôle clé des savoirs traditionnels détenus par les peuples autochtones dans le monde entier, des Berbères du Maroc aux Dayaks de l’Indonésie, à l’Asháninka du Pérou. Car la plupart des plans nationaux du climat au cœur de l’accord de Paris ne reprennent pas leurs contributions. Rappelons qu’un quart du carbone stocké au dessus du sol dans les forêts tropicales se trouve dans les territoires collectivement gérées des peuples autochtones et des communautés locales. La COP22 permet donc de découvrir des solutions climatiques innovantes comme les écoles solaires flottantes au Bangladesh, l’éclairage solaire pour les maisons des peuples autochtones, ou les maisons berbères climat-smart.

                                                                       

■ Course de voitures propulsées à l’énergie solaire

voiture_solaire_098.jpg

Le Moroccan Solar Race Challenge a tenu ce week-end sa 4e édition. La 1re place a été décrochée par l’équipe italienne et sa «Onda Solare», suivie par l’«Eco-Solar» de l’université française Association Eco Solar Breizh et de l’équipe turque «Solaris». L’équipe marocaine de l’EMI Solar Team de l’École mohammedia d’ingénieurs (EMI) est quant à elle arrivée 6e. Depuis son lancement en 2013 par l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles, des véhicules expérimentaux aux formes révolutionnaires parcourent le Maroc propulsés uniquement par une ressource abondante au Maroc, le soleil. La compétition rassemble chaque année des équipes provenant de nombreux pays à travers le monde. L’objectif étant de promouvoir la recherche concernant les voitures solaires, et plus globalement de sensibiliser aux énergies renouvelables.

 

 

                                                                       

■ L’agence mobile et écolo de Wafacash

wafacash_098.jpg

La filiale du Groupe Attijariwafa bank, Wafacash, a installé dans la zone bleue de la COP22 une agence mobile 100% écologique. Autonome, elle fonctionne à l’énergie solaire et offre les mêmes services qu’une agence traditionnelle avec un front-office et tous les services de Wafacash, principalement le change manuel. Cette solution écologique et pratique est utilisée par Wafacash depuis dix ans dans le cadre des tournées de la marque dans les souks hebdomadaires du pays et dans les zones à forte affluence en période estivale, très fréquentées par les MRE.

                                                                       

■ L’Eco-Cité Zenata, modèle pionnier

eco-cite_098.jpg

La Société d’aménagement Zenata (SAZ) a été récompensée par la labellisation internationale de l’Eco-Cité Zenata à travers son Référentiel Eco-Cité, confortant ainsi son caractère pionnier de ville durable.
Ce référentiel a été présenté en avant-première à la COP22. C’est la ville marocaine, en l’occurrence l’Eco-Cité Zenata, qui a inspiré le label international «Eco-City Label», devenant ainsi non seulement la première ville à l’obtenir, mais elle constitue aussi un modèle pionnier pour le développement de concepts semblables dans les pays émergents, notamment en Afrique. Ce référentiel repose sur un urbanisme d’éco-conception systémique, inclusif et durable, qui ne se limite pas uniquement à l’intégration de la dimension environnementale et économique, mais va plus loin en proposant un modèle intégré et global mettant l’humain au centre de sa conception.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc