Habillage_leco
Evénement

Pollution Casa-Settat: La région concentre le tiers des rejets

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:4898 Le 15/11/2016 | Partager
Gaz à effet de serre, eaux usées, déchets solides… un cocktail toxique
5.200 tonnes de déchets solides par jour!
A peine 13% des eaux usées traitées
pollution_casa_settat_098.jpg

Pollution de l’air, eaux usées non traitées, déchets industriels dangereux, décharges sauvages… La région Casa-Settat concentre tous les dangers!

La plus importante région, c’est aussi la plus polluante du Maroc. Avec plus de 3.100 unités industrielles, Casa-Settat concentre pas moins de 34% des rejets à l’échelle nationale. La combinaison d’une circulation dense, notamment à Casablanca, avec un parc automobile vétuste et de fortes concentrations de rejets industriels, donne lieu à un cocktail hautement nuisible à la santé. Les pics de pollution se traduisent par une plus grande prévalence de maladies respiratoires, notamment auprès des enfants de moins de 5 ans, selon une étude menée par les chercheurs de l’Université Mohammed VI des sciences de la santé (cf. édition du 12 février 2016).
C’est de loin la zone Aïn Sebaâ et Sidi Bernoussi qui est la plus caractérisée par la prolifération des émissions de dioxyde de soufre et de poussière industrielle (PM10). Mohammedia est aussi exposée à un mix de polluants. Pour sa part, le centre-ville de Casablanca est principalement pollué à l’oxyde d’azote (émis par les véhicules et un parc vétuste fortement diésélisé). Mais ce sont le dioxyde de soufre (véhicules et industrie) et le PM10 qui présentent les plus gros risques pour la santé. Une récente étude de la Banque mondiale, rendue publique à l’occasion de la COP22 (cf. édition du 10 novembre 2016), confirme cette tendance.
Sur 2.200 décès liés à la pollution de l’air en 2014, près de la moitié (47%) est concentrée à Casablanca, suivie de Marrakech et Tanger.
La qualité de l’eau n’est pas non plus meilleure dans la plus importante région du Maroc. Les eaux usées polluent à la fois les nappes phréatiques, les cours d’eau en surface et le littoral. En effet, plus de 438.350 m3 d’eaux usées non traitées sont déversées quotidiennement sur le territoire Casa-Settat. Une infime portion (13%) transite par les stations de prétraitement.  
La gestion des déchets solides est aussi l’un des maillons faibles sur l’ensemble du territoire. Les décharges sauvages pullulent, alors que le tri sélectif, la valorisation et l’enfouissement des déchets solides peinent encore à décoller, dans une région qui produit 5.200 tonnes par jour, soit 34% de la production à l’échelle nationale. Autre source non négligeable de pollution: les déchets industriels dangereux (DID) fortement concentrés dans la région. Selon la même étude de la BM, les DID, estimés à 295.000 tonnes en 2014, proviennent essentiellement des secteurs de la chimie-parachimie, textile-cuir et industrie mécanique et métallurgique. Ils sont concentrés dans le Grand-Casablanca qui génère plus de 37% du total. Près de 38% des déchets sont combustibles. Ce qui permet d’entrevoir le gisement disponible en déchets susceptibles d’être valorisés thermiquement dans les cimenteries et les autres installations. Parmi les autres problèmes environnementaux dont souffre la région, figurent le déficit en espaces verts, l’absence de programmes de gestion du littoral, de promotion du tourisme écologique…
Les premiers éléments d’un diagnostic territorial de la région, appréhendés sous l’angle des changements climatiques, font état d’atouts indéniables: poids socioéconomique, projets structurants, diversité géographique… Mais aussi d’une grande vulnérabilité territoriale (disparité entre territoires, précarité sociale, urbanisation non maîtrisée, pénurie de ressources hydriques, habitat insalubre…)
Il va sans dire qu’au regard de la situation actuelle, la région Casablanca-Settat a fort à faire pour atteindre les objectifs ambitieux de sa charte environnementale (voir aussi page 5). La pollution y atteint des niveaux plus qu’alarmants, ses décharges sont loin d’être aux normes, la qualité de l’air laisse à désirer…

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc