Evénement

Les élus en quête de financement

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:4898 Le 15/11/2016 | Partager
Ils lancent un appel pour la territorialisation de la finance climat
L’initiative menée par des associations et conseils communaux et régionaux marocains
80 et 100 milliards de dollars/an pour l’adaptation au changement climatique
les_elus_cop_22_098.jpg

Plus de 1.000 acteurs locaux ont répondu à l’appel de l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) et l’Association des régions du Maroc (ARM) pour un Sommet des élus (Ph. Mokhtari)

Le défi climatique se discute certes entre les gouvernements, mais les villes et les régions ont un rôle tout aussi important. L’action climat dans et par les villes, les communes et les régions sera déterminante pour les objectifs de la COP22. D’où l’importance du «Sommet des élus locaux et régionaux pour le climat» qui s’est tenu hier à Marrakech en marge de la COP22. Organisé par l’Association marocaine des présidents des conseils communaux (AMPCC) et l’Association des régions du Maroc (ARM), le Sommet a connu la participation de plusieurs réseaux et coalitions de villes et régions et a abordé la question des financements. Les villes, les régions - les élus en sont persuadés- sont une partie des solutions pour lutter contre les changements climatiques. Il faut dire que si les élus sont bien conscients des enjeux, l’accès aux financements constitue un frein pour les collectivités. Le Sommet de Marrakech était une occasion pour rappeler l’engagement des maires et gouverneurs dans la lutte pour la mobilisation des ressources vers les territoires. Cet appel insiste sur la collaboration effective entre acteurs publics locaux et régionaux, avec le soutien des acteurs de la finance privée (et notamment leurs coalitions)

driss_el_yazami_et_charki_draiss_098.jpg

Concertation entre Driss El Yazami, membre du comité du pilotage de la COP22, et Charki Draiss, ministre délégué auprès du ministère de l’Intérieur lors du Sommet des Elus  (Ph. Mokhtari)

pour affirmer leurs rôle, responsabilité, besoins et engagements sur la question fondamentale du financement de la transition écologique. L’objectif étant l’impulsion d’une culture commune du risque, en tenant compte des spécificités propres à chaque acteur et de leurs contextes. Leurs ambitions sont à la hauteur des défis qu’ils doivent relever car les collectivités sont les premières à répondre aux crises causées par les dérèglements climatiques. Les maires sont dans le concret et peuvent agir plus vite que les Etats. D’un autre côté, les zones urbaines génèrent 70% des émissions de carbone. Les maires devraient, tout en gérant les déficits d’infrastructures (eau, électricité, routes, logement à une population urbaine qui pourrait tripler d’ici 2050), trouver des solutions pour émettre moins de GES. Des villes qui doublent en population et en surface tous les quinze ans, c’est inédit dans l’histoire. Il va falloir des solutions tout aussi inédites. «Personne ne peut nous donner de modèles ou de leçons car personne n’a jamais réalisé cela en si peu de temps», insiste Lionel Zinsou, économiste franco-béninois, ex-Premier ministre du Bénin et ex-candidat aux présidentielles du Benin. «Les Européens ont mis des milliers d’années pour être aujourd’hui 500 millions! La plupart de leurs élus n’ont pas attendu pour agir et ont déjà engagé leur collectivité dans une mutation écologique. Le continent est le région du monde où les énergies renouvelables: solaire, hydraulique, peuvent être une solution alternative à condition d’être suffisamment soutenu par les moyens financiers et humains pour innover. Si des pays africains comme le Maroc, la Tunisie, le Sénégal, l’Egypte ont adopté des plans de transition énergétique, seules quelques villes et métropoles africaines ont sauté le pas. Selon la Banque mondiale, l’adaptation au changement climatique pourrait coûter entre 80 et 100 milliards de dollars par an, dont 80% devront être investis dans les zones urbaines.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc