COP22

Dans les coulisses du Sommet de Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:4897 Le 14/11/2016 | Partager

■ Visite princière à Bab Ighli

bab_ighli_inviet_097.jpg

Des invités de prestige à Bab Ighli. La princesse Lalla Hasnaa et le Prince Albert II de Monaco sont venus à Marrakech, pour prendre part à la 22e Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP22). Fervents défenseurs de l’environnement, Lalla Hasnaa et Albert II ont pris part à la session de haut niveau pendant la journée «Océan» organisée ce samedi. Ils étaient accompagnés entre autres de la présidente de la COP21, Ségolène Royal ainsi que du ministre de l’Agriculture, Abdelaziz Akhannouch. À noter que le Prince de Monaco avait créé en 2006 la Fondation Albert II de Monaco qui œuvre pour la protection de l’environnement et la promotion du développement durable à travers trois domaines d’intervention: le changement climatique, la biodiversité et l’eau. Ladite fondation opère dans trois régions: le Bassin méditerranéen, les régions polaires et les Pays les moins avancés (PMA).

                                                                                 

■ Les expériences Mena, Amérique latine et Caraïbes

Le Conseil pour les relations entre le monde arabe, l’Amérique latine et les Caraïbes (CARLAC), en collaboration avec l’OCP Policy Center, l’Université de Maryland (États-Unis), la Fondation Getulio Vargas (Brésil), et le ministère de la Municipalité et de l’Environnement du Qatar, ont présenté les expériences des pays du Mena, de l’Amérique latine et des Caraïbes sur leurs stratégies d’énergies renouvelables. L’ensemble des intervenants a salué les avancées réalisées par le Maroc dans le domaine, soulignant son leadership régional.

                                                                                 

■ Vision sur l’Afrique

La plateforme COP22 Hub Africa, au service des entrepreneurs et investisseurs africains lancée par le Maroc, présente tout au long de l’événement différents projets innovants pour le développement durable. Une succession de bonnes idées comme les lampes à énergie solaire Shem’s for lighting, conçues par Youssed Chakroun et Zakaria Rai, un aquarium qui contient un échantillon d’écosystème fait d’algues qui absorbent 3 fois plus de CO2 que les forêts, ou encore FRMPAS, un réseau de cages de protection des alevins faites de fer qui en rouillant nourrissent les algues, et remplies de coquilles d'huîtres recyclées, permettent de protéger les écosystèmes vulnérables.

                                                                                 

■ Honneur aux jeunes

jeunes_cop_22_097.jpg

La COP22 a tenu sa Journée pour la Jeunesse célébrant les efforts et l’énergie des jeunes dans la lutte contre le changement climatique. Deux concours audiovisuels ont été organisés en amont de la conférence afin de montrer comment ils s’attaquent aux enjeux du changement climatique dans leurs communautés respectives. Les gagnants de la compétition Global Youth Video ont été révélés lors de la cérémonie et de la projection, dont la Tunisienne Faouzia Bahloul, pour son film «Think Renewable» qui explore sa recherche dans la création d’un biogaz issu d’algues, ou Phuong Vu Hoang, venu de Hanoi au Vietnam récompensé pour son film inspiré par les conséquences de la pollution aérienne sur la santé de ses grands-parents.

                                                                                 

■ Lutte contre la désertification

Samedi 12 novembre, plus de 1,2 million d’arbres ont été plantés sur 45.000 ha dans 12 régions au Maroc. Une initiative COP22 menée par des bénévoles et baptisée “la voix de la forêt”. Cèdres, thuyas, cyprès, eucalyptus… uniquement des espèces forestières adaptées au changement climatique. Il s’agit là du coup d’envoi de l’opération nationale de reboisement 2016 du Haut-commissariat aux eaux et forêts.

                                                                                 

■ L’effet khettaras

khettara_effet_097.jpg

La fondation Miftah Essaad pour le capital immatériel du Maroc a fait la lumière pour cette conférence climatique sur les atouts et la sauvegarde des khettaras, un système ancestral de transport gravitaire d’eau à travers des galeries souterraines artificielles. Ce moyen écologique de canalisation souterrain permettant l’irrigation dans les zones aride et semi-aride au Maroc. Un sujet qui touche à la préservation des oasis contre la désertification et la valorisation des ressources hydriques à travers la diminution de l’évaporation et la préservation de la nappe phréatique. «Les khettaras sont une manifestation de l’adaptation de l’homme à la nature», a relevé Abdelati Lahlou, membre de l’association, qui a plaidé pour l’inscription de ces systèmes d’irrigation au patrimoine de l’humanité de l’Unesco afin de les pérenniser et de drainer des fonds pour leurs réhabilitations.

 

                                                                                 

hors_site_097.jpg

■ Hors site

L’Eco-Festival Climate Open Zone donne la parole à tous les jeunes engagés. Organisé par l’association Zero Zbel («zéro déchet»), avec le soutien de la Fondation Heinrich Böll, l’ambassade des Etats-Unis au Maroc, la Fondation Ajial, le groupe Al Omrane et la ville de Marrakech, ce rendez-vous prend place dans le jardin Sidi Bou Aamer. La grande tente caïdale est le lieu du partage d’expériences. On y parle déchets, énergies renouvelables, design, océan et climat, entrepreneuriat social ou alternatives durables. Au cœur de la médina de Marrakech, ce sont plus de 45 activités prévues entre conférences, ateliers pratiques, débats, projections de documentaires, théâtre, concerts, performances artistiques, etc.

                                                                                 

■ Moroccan touch

morrocan_touch_097.jpg

La touche marocaine sur le site de Bab Ighli de la COP22 est symbolisée par une gigantesque porte réalisée en tasseaux de bois et qui devrait devenir un bâtiment mémorial de conférence à Marrakech. Deux équipes de 12 personnes se sont relayées durant un mois jour et nuit pour fabriquer cette porte que franchissent les délégués du monde entier.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc