Archives

Articles de L'Edition N° 4982 Du 16/03/2017

A La une

La représentativité s’atomise dans le secteur de l’automobile. Une nouvelle corporation professionnelle vient de voir le jour. Il s’agit du Groupement interprofessionnel de l’automobile au Maroc (Gipam). Il vient rejoindre un paysage associatif déjà bien occupé par les industriels de l’Association marocaine pour l’industrie et le commerce de l’automobile (Amica). Mais comme pour rassurer sur une guéguerre de représentativité, le Gipam marque d’emblée ses positions. Lire la suite

Compréhensible pour une poignée d’experts, le Code général des impôts (CGI) sera revu. Une mise à plat qui ciblera en particulier des zones d’ombre souvent à l’origine de divergences d’interprétation entre le fisc et le contribuable. Une première réunion s’est tenue mardi 14 mars à Rabat entre la Direction générale des impôts, l’Ordre des experts-comptables et la CGEM. L’Agence judiciaire du Royaume ainsi que le Secrétariat général du gouvernement (SGG) seront également impliqués dans ce travail de toilettage de la législation fiscale. Lire la suite

Le Forum Afrique Développement ouvre ce matin, à Casablanca. Le Maroc multiplie les accords économiques avec les pays d’Afrique subsaharienne. Les visites royales permettent de jeter les bases d’une coopération et de baliser le terrain aux opérateurs économiques. Mais les entrepreneurs doivent prendre le relais pour traduire les accords signés en projets concrets. Par ailleurs, il va falloir accélérer la ratification des conventions de non-double imposition pour éviter que les investisseurs ne soient pénalisés et identifier les pays qui représentent un potentiel économique avéré. Lire la suite

Des conventions avec plusieurs pays du continent sont certes signées, mais cela n’est pas suffisant. L’entreprise marocaine doit ficeler son business model et aller sur le terrain. Pour que les PME captent le potentiel qui existe en Afrique, il faut une offre structurée et une approche collective des marchés. Miriem Bensalah-Chaqroun, présidente de la CGEM, souligne la nécessité de disposer de lignes de financement plus importantes pour accompagner la dynamique des entreprises marocaines sur le continent. Lire la suite

L’Afrique subsaharienne constitue le principal débouché pour les IDE marocains, mais les conventions de non-double imposition ne suivent pas le même rythme. Ce qui pose la question du risque fiscal auquel les entreprises marocaines sont exposées. Le Royaume est lié aux pays africains par une quinzaine de conventions de non double imposition. Mais seules six sont en vigueur: Côte d’Ivoire, Egypte, Gabon, Guinée, Mali et Sénégal. L’accord avec les pays de l’UMA, quoiqu’en vigueur, n’est pas du tout appliqué sur le terrain. Des conseils fiscaux affirment que leurs clients engagés dans certains pays du Maghreb sont imposés selon le régime fiscal interne, moins favorable. Ce qui signifie que l’accord de non double imposition UMA, publié au Bulletin officiel du 21 mai 2012, est de facto inopérant. Lire la suite

Le Maroc est-il en train de tourner le dos à son principal client historique, l’Europe? Les échanges commerciaux entre le Maroc et l’Afrique subsaharienne se sont élevés à plus de 2 milliards de dollars en 2015 contre environ 1,6 milliard l’année précédente. En dépit de cette croissance, le volume des opérations commerciales réalisées avec les pays de l’Afrique subsaharienne est 15 fois plus petit que celui réalisé avec l’Europe. Lire la suite

L’argent vient du Nord, l’expertise du Sud! Ce scénario pourrait résumer en quelque sorte l’opération de rachat qui pourrait aboutir dans le dossier Samir. «Dix candidats se sont déclarés. Leurs offres sont en cours d’examen afin de choisir éventuellement la plus valable d’entre elles. La justice n’est tenue par aucun délai de réponse», rapporte une source proche du dossier. Lire la suite

La croissance africaine est moins robuste, mais ce ralentissement cache d'importantes disparités selon les pays. Dans les économies dynamiques comme celles qui le sont moins, l'incapacité à créer des emplois de qualité constitue un problème et une source importante de risque. Cela appelle à une accélération des réformes. Les banques ont un rôle central dans les mutations en cours, puisqu'elles sont encore de loin les principaux bailleurs de fonds de l'économie. Mohamed El Kettani, président-directeur général, analyse les changements en cours sur le continent et l'impact sur le groupe Attijariwafa bank. Lire la suite

Les meilleures destinations internationales vont vanter leurs atouts pour séduire les futurs vacanciers lors de la 42e édition du Salon mondial du tourisme de Paris qui ouvre ses portes du 16 au 19 mars (porte de Versailles). Le Maroc ne sera pas cette année encore présent à cette manifestation pour des raisons budgétaires. Les anciennes expériences ont montré «que le retour sur investissement est trop faible», assure à L’Economiste une source à l’Office national marocain du tourisme (ONMT). Lire la suite

«La décharge de Tamellast doit être déplacée», revendique l’association Paysages. Et pour cause, un massif de 550.000 tonnes de déchets qui vient de glisser il y a quelques jours sur l’un des cinq bassins où est stocké le lixiviat, un liquide très polluant, produit par les déchets et ne pouvant être déversé dans la nature. Suite à l’incident, le liquide s’est propagé sur l’oued Ahlaka, limitrophe de la décharge. L’éboulement a aussi provoqué la démolition de la clôture de la décharge... Lire la suite

Régions

Culture

Société

International

Economie

Analyse

Entreprises

Courrier des Lecteurs

De bonnes sources

Finances-Banques

Chronique

Brèves

Evénement

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc